Bonjour cher internaute,

Bienvenue en 2017 ! La version trop ancienne de votre navigateur ne permet pas un affichage correct et complet du site internet Orange Pop qui est optimisé pour les versions les plus récentes des navigateurs web (Firefox, Chrome, Safari et Internet Explorer à partir de la version 10). Nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur pour profiter de toutes les fonctionnalités du magazine et vivre avec nous une expérience hors du commun ;)

L'équipe Orange Pop

Hello cher visiteur !
Orange Pop vous donne désormais rendez-vous sur orange.com avec de nouvelles pastilles prêtes à snacker...
A tout de suite ;)

orange.com
fr en recherche Menu
Le mag cette semaine

Pedro Almodóvar, sa vie, son oeuvre

Si vous tapez ‘Pedro’ dans Google, vous obtenez la fiche du footballeur espagnol évoluant à Chelsea. Mis à part la nationalité, ce n’est pas le Pedro que l’on cherche. Pour nous, Pedro, c’est Almodóvar. Avec des films aussi cultes que déglingués, des actrices devenues stars internationales, des scènes mythiques aux dialogues insensés, des Prix de tous les plus prestigieux festivals et une silhouette unique, il est l’incarnation de la pop culture espagnole.  Honneur suprême, il devient cette année le 70e Président du Jury du Festival de Cannes après en avoir été membre il y a 25 ans.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Alors que notre groupe est l’heureux partenaire officiel de ce fabuleux évènement du 7e Art, Orange Pop s’associe à la reconnaissance qui est faite au talent du maître de la movida madrilène avec ce mag 99 entièrement fait de pastilles qui décortiquent la vie et l’œuvre de Pedro Almodóvar :

  1. Le Fun Fact de Pedro Almodovar
  2. Son personnage principal, la ville de Madrid
  3. Les films qui ont inspiré le réalisateur
  4. 3 questions à Jean-Max Méjean, spécialiste d’Almodóvar
  5. Pourquoi Almodóvar n’aime pas Hollywood ?
  6. Agustín Almodóvar, le frère producteur
  7. La playlist Almodóvar : un univers musical culte
  8. Penelope Cruz, fan #1 d’Almodòvar !
  9. Les génériques d’Almodovar, des chefs d’œuvre à part entière
  10. Pedro Almodòvar honoré par la Queer Palm
  11. Almodòvar x Vogue : Pedro parle de Meryl Streep et de sa future série TV
  12. Pourquoi Almodòvar a été choisi en tant que président du jury ?

Alors attachez vos ceintures, on vous embarque dans la pop culture !

Et comme disait le réalisateur espagnol :

Être un réalisateur de cinéma en Espagne, c’est comme être torero au Japon.

 

Le Fun Fact de Pedro Almodovar

L'infographie - 03 mai 2017

Bien qu’il soit un réalisateur très respecté et mondialement connu, il n’y a finalement que très peu de chose qu’on connaisse de la vie “hors-cinéma” de M. Almodovar. Par exemple, on est persuadé que vous ne saviez pas ce que le chiffre “12” représente pour Pedro 🙂

ORANGEPOP_CHIFFRE_SEMAINE

 

ORANGE POP VOUS RECOMMANDE
L’infographie : Des festivals de cinéma en Afrique

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Almodóvar a tourné presque tous ses films à Madrid

Brillez en soirée ! - 03 mai 2017

“Ma vie et mes films sont liés à cette ville, comme les deux faces d’une même pièce de monnaie,” écrit Pedro Almodóvar dans son roman Patty Diphusa, la Vénus des lavabos. Et c’est peu de le dire. La filmographie du célèbre cinéaste espagnol est fondamentalement liée à la ville de Madrid puisqu’il y a par exemple tourné Le Labyrinthe des Passions, Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?, La Loi du désir, Les étreintes brisées ou Tout sur ma mère.

Les plus madrilènes de ses spectateurs reconnaîtront par exemple le Café Wooster (dans Le Labyrinthe des Passions), la rue d’Arenal (dans En chair et en os), la gare d’Atocha (dans Kika) ou le Cuartel del Conde-Duque (dans La loi du désir)  qui peuplent ses films comme autant de personnages récurrents et essentiels. De quoi se demander à quoi aurait pu ressembler la filmographie de Pedro Almodóvar s’il avait finalement décidé d’aller s’installer à Dublin, Londres ou même Lagos !

pedro-almodovar-ville-madrid-filmographie

Le Madrid coloré de Femmes au bord de la crise de nerfs © El Deseo

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Top 5 des films qui ont inspiré Almodovar

Top 5 - 03 mai 2017

Bien qu’ils inspirent le monde grâce à leur talent, nos réalisateurs préférés ont eux aussi leurs réalisateurs préférés. Pedro Almodóvar ne déroge pas à la règle et son univers cinématographique se compose de multiples références à ses prédécesseurs.
Voici 5 oeuvres sans lesquels le cinéma de Pedro ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

1. Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy : On retrouve beaucoup du chef d’oeuvre de Jacques Demy dans l’utilisation des couleurs chez Almodóvar. Une influence essentielle que le réalisateur espagnol souligne d’ailleurs dans le magazine Sofilm : S’il y a un film que j’aurais aimé faire, c’est Les Demoiselles de Rochefort.

2. Sueurs Froides d’Alfred Hitchcock : Pedro Almodóvar n’a jamais caché son admiration absolue pour le cinéma d’Alfred Hitchcock, qu’il décrit comme l’un des plus riches au monde et dans lequel il n’a cessé de puiser au fil de sa filmographie personnelle.

3. La Peau Douce de François Truffaut :  L’un des films les moins connus du leader de la Nouvelle Vague est aujourd’hui le film de chevet de Pedro Almodóvar. La preuve d’une vraie fascination du cinéaste espagnol pour l’actrice Françoise Dorléac (qui joue aussi dans Les Demoiselles de Rochefort).

4. La Vie criminelle d’Archibald de la Cruz de Luis Buñuel : Si l’Espagne n’est pas forcément un grand pays de cinéma, il n’empêche qu’il a tout de même donné naissance à l’un des plus grands réalisateurs de son temps : Luis Buñuel. Rien de surprenant donc à ce qu’Almodóvar se soit beaucoup inspiré de La Vie criminelle d’Archibald de la Cruz.

5. Reservoir Dogs de Quentin Tarantino : Pedro Almodóvar s’est toujours revendiqué comme un grand fan des premiers films de Quentin Tarantino. Une influence que l’on peut notamment ressentir dans son utilisation de la musique, qui rythme toujours ses films par quelques morceaux pop mémorables.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

3 questions à Jean-Max Méjean, spécialiste d’Almodóvar : “Il disait qu'il était Andy Warhol avec une perruque brune”

3 questions à - 03 mai 2017

Si Pedro Almodóvar est souvent vu aujourd’hui comme un ovni au cinéma incomparable, il ne faut pas oublier que c’est au sein du mouvement culturel de la movida que le cinéaste a taillé cette identité si marquée. Retour sur la movida avec Jean-Max Méjean, spécialiste français de Pedro Almodóvar.

Orange Pop : On décrit Pedro Almodóvar comme un enfant de la movida. Mais qu’est-ce que la movida ?

Jean-Max Méjean : La movida est un mouvement culturel apparu subitement après la mort de Franco au milieu des années 70. Dès sa naissance, ce courant était un violent pied de nez par rapport à l’Espagne de Franco, qui était un pays très catholique où rien n’était permis. La preuve est que la cinémathèque de Madrid ne proposait pas les films qui intéressaient Pedro Almodóvar. Il était donc parfois obligé d’aller les voir en France. C’était l’époque où Salvador Dalí avait dit que Perpignan était le centre du monde car tous les espagnols passaient la frontière pour aller voir les films les plus subversifs en France. La movida a énormément marqué les premiers films d’ Almodóvar comme Le Labyrinthe des passions ou Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?. C’était une sorte de révolte un peu punk, anticléricale et très tournée vers l’apparition de l’identité transgenre, que l’on retrouve beaucoup dans la filmographie d’Almodóvar.

O. Pop : Quelle place tenait Almodóvar au sein de la movida ?

J.M.M : Au début, Pedro Almodóvar était surtout lié à la movida sur le plan musical. Effectivement, il ne faut pas oublier qu’il a commencé en tant que musicien avec son groupe Almodóvar & McNamara. C’est pour ça qu’on peut le comparer par exemple à Emir Kusturica qui est également musicien et réalisateur. D’ailleurs, dans le film Le Labyrinthe des passions qui date de 1983 et qui marque vraiment le début de la movida, il chante une chanson assez symptomatique de l’époque. Les paroles sont « Voy a ser mama », donc « Je serai une maman ». Il dit qu’il veut faire des enfants. Ce qu’on va retrouver dans une grande partie de sa filmographie.

O. Pop : Sa position dans ce courant culturel a-t-elle évolué avec le temps ?

J.M.M : Rapidement, Almodóvar s’est auto-institué le pape de la movida. On a rapproché à tort ou à raison ce mouvement de l’underground new-yorkais, tant et si bien que Almodovar, qui a pas mal d’humour, disait à l’époque qu’il était Andy Warhol avec une perruque brune. Il paraît même qu’un jour, lors d’une soirée à Madrid, Almodóvar a rencontré Andy Warhol et ce dernier lui a dit : « Je suis bien content de rencontrer mon double brun. » J’aurai adoré assister à cette scène !

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Pourquoi Almodóvar n'aime pas Hollywood ?

La question qui tue - 03 mai 2017

Parcequ’il est un amoureux de Madrid, Pedro Almodóvar a toujours eu quelques réticences à quitter l’Espagne pour aller faire carrière aux Etats-Unis. Surtout depuis qu’il a rencontré l’une de ses idoles, le cinéaste américain Billy Wilder, qui lui a conseillé de ne jamais aller s’installer à Hollywood, où son cinéma devrait forcément faire des compromis. Depuis, Pedro Almodóvar n’a d’ailleurs pas hésité à critiquer Hollywood pour son sexisme “diabolique”, comme il le précise au magazine Variety : “Hollywood ne crée pas de bons rôles pour parler des mères, des petites amies, des filles et des belles-soeurs.” Et à bien y réfléchir, il est vrai qu’on imagine mal les héroïnes des films d’Almodóvar dans le cadre strict et codifié des studios hollywoodiens !

pedro-almodovar-hollywood-relation-cinema-espagnol

Pedro s’autorise une photo avec les meilleurs scénaristes d’Hollywood ©TheHollywoodReporter

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Agustín Almodóvar, le frère producteur

L'inconnu de la semaine - 03 mai 2017

Si Pedro Almodóvar a pu bénéficier d’une vraie liberté artistique tout au long de sa carrière, c’est avant tout grâce à son petit frère : Agustín.

Dès 1986, ils fondent ensemble la société de production El Deseo, avec laquelle sont ensuite produits indépendamment tous les films de Pedro Almodóvar, plus quelques coproductions françaises. C’est aussi grâce à cette société créée avec son frère que le cinéaste a pu rester travailler en Espagne (plutôt que de s’exiler à Hollywood par exemple) et construire ainsi une filmographie aussi singulièrement espagnole, notamment dans ses choix esthétiques. Comme quoi, un petit frère, ça peut servir !

pedro-almodovar-frere-augustin-almodovar-producteur

Agustín, l’autre Almodóvar © Ruben Ortega

ÇA POURRAIT VOUS PLAIRE
Les inconnus de la semaine : Les jurés cannois, ces as de la discrétion

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

La playlist Almodovar : univers musical culte

Musique - 03 mai 2017

Bien qu’il soit réputé pour ses qualités de réalisateur, la musique des films de Pedro Almodovar elle aussi est très appréciée.
C’est impossible de penser à un film d’Almodovar sans y associer un titre phare. Penelope Cruz qui ‘chante’ « Volver » dans le film du même nom, Caetano Veloso qui s’approprie la chanson populaire « Cucurrucucu Paloma » dans Parle Avec Elle et dernièrement Buika qui interprète « Por El Amor De Amar » dans La Piel Que Habito l’univers musical de Pedro est culte.

Voici une petite sélection de nos titres favoris :

A RETROUVER SUR DEEZER

Caetano Veloso – Cucurrucucu Paloma
(Parle Avec Elle)
Luz Casal – Piensa En Mi
(Talons Aiguilles)
Buika – Por El Amor De Amar (La Piel Que Habito)
Estrella Morente – Volver (Volver)
Trentemoller – Shades Of Marble (La Piel Que Habito)
Pedro José Sanchez Martinez – Moon River (La Mauvaise Education)
Luz Casal – Un Ano de Amor (Talons Aiguilles)
Ismael Lô – Tajabone (Tout Sur Ma Mère)
Maysa – Ne Me Quitte Pas (La Loi Du Désir)
Sara Montiel – Quizas, Quizas, Quizas (La Mauvaise Education)

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Penelope Cruz, fan #1 d'Almodòvar !

Stories - 03 mai 2017

Si nous sommes tous devenus fans de Pedro Almodòvar grâce à ses films, imaginez vous ce que ce doit être pour les acteurs qui ont joué devant sa caméra…

Penelope Cruz, qu’on a pu voir dans Volver et Etreintes Brisées détient clairement le titre de «fan girl » officielle de Pedro, du moins si on y croit son Instagram.

#goyas2017 #aboutlastnight #PedroAlmodovar

Une publication partagée par Penélope Cruz (@penelopecruzoficial) le

Fréquemment, la belle poste des photos d’elle et du réalisateur, ou alors d’elle en compagnie d’Antonio Banderas ET du réalisateur, ou parfois même des portraits de Pedro comme lors de l’annonce de sa présence à Cannes en tant que Président du jury.

Il y a quelques temps, elle participait également à une projection en hommage à Almodòvar qui a eu lieu à Madrid, en présence de son mentor.

C’est beau de voir qu’au fil des années les deux espagnols sont restés en bon terme… tout ce qu’il reste à faire maintenant c’est un nouveau film ensemble 🙂

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Les génériques d'Almodovar, des chefs d'œuvre à part entière

Stories - 04 mai 2017

Comme Tarantino, Pedro ne laisse jamais rien au hasard et profite de n’importe quelle facette de ses films pour favoriser une immersion totale des spectateurs.

C’est ce que Blow Up a mis en avant avec cette vidéo retraçant l’histoire des génériques du réalisateur. On retrouve donc au programme l’ambiance pin-up de Kika, le côté voyeuriste du Labyrinthe Des Passions, les subtilités des génériques de début et de fin de Tout Sur Ma Mère, l’aspect magazine féminin de Femmes Au Bord De La Crise De Nerfs et la réalisation ultra clinique de celui de La Piel Que Habito.

Ca nous rappelle un peu les génériques des séries TV des 10 dernières années (du style Game Of Thrones, True Blood, Dexter,…) qui donnent beaucoup d’éléments sur ce à quoi on peut s’attendre… et du coup on se dit qu’une série TV par Almodòvar ce serait quand même incroyable !

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Pedro Almodòvar honoré par la Queer Palm

Stories - 05 mai 2017

A travers ses films, Almodòvar a toujours dépeint les victoires et les défaites de la communauté LGBT qui le lui rend bien. A l’heure du Festival de Cannes, c’est la Queer Palm qui lui fait honneur avec un détournement d’un élément culte de sa filmographie.

La Queer Palm est un prix qui récompense un film pour son traitement des thématiques altersexuelles parmi ceux présentés toutes catégories confondues lors du Festival de Cannes. Pour son édition de 2017, elle choisit de reprendre l’affiche du film culte de Pedro Talons Aiguilles et de remplacer son titre par « Gracias Pedro » (« Merci Pedro »).
Travis Matthews sera le président du jury et trois films dont les réalisateurs sont ouvertement gays sont en compétition cette année.

On dit que le Festival de Cannes est un endroit ou tout peut arriver, alors peut être bien que Pedro passera faire un petit coucou lors de la cérémonie pour soutenir cette communauté dont il fait parti et pour laquelle il a énormément lutté.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Almodòvar x Vogue : Pedro parle de Meryl Streep et de sa future série TV

Stories - 08 mai 2017

La mode et l’esthétisme ont toujours joué un rôle essentiel à l’œuvre de Pedro Almodòvar. C’est surement pourquoi le magazine mode de référence Vogue a choisi de lui faire honneur en lui attribuant la couverture de son édition masculine, L’UOMO Vogue.

Dans l’interview qui accompagne le photoshoot, le grand Pedro dit qu’il espère pouvoir travailler avec Meryl Streep qui était pressentie pour le premier rôle de ‘Julieta’ avant qu’il réadapte le film et les personnages à l’univers espagnol.
Mais l’info qui nous a fait sauter de joie, c’est qu’il est actuellement en train de travailler sur une série TV de science-fiction : «En tant que conteur, et même spectateur, je préfère le format de 2 heures. Mais il est impossible d’occulter le fait qu’on est actuellement en train de vivre l’âge d’or des séries télé ».

On prend surement un peu d’avance, mais cette future série fait déjà partie de nos préférées EVER ! On plaisante… ou pas 😜

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Pourquoi Almodòvar a été choisi en tant que président du jury ?

Stories - 09 mai 2017

Vous vous êtes sûrement déjà posé la question : comment le Festival de Cannes désigne son président du jury ?
D’ailleurs pourquoi est-ce que Almodòvar a été choisi pour la 70e édition du festival, lui qui n’a jamais été palmé ?
Bien on a la réponse et elle nous vient directement du délégué général du grand festival du film, Monsieur Thierry Frémaux :

« Il est l’un des plus grands réalisateurs de notre époque, et il fait parti de la famille de Cannes »
Voici les mots de Frémaux concernant Almo. Il a également justifié son choix en insistant sur le fait que de par sa représentation des femmes et de la diversité en général « la présence de Pedro Almodòvar est vraiment importante ».

Le festival de Cannes est en constante évolution, et on est heureux de voir que ce changement et cette ouverture vers l’inconnu sont représentés par Monsieur Pedro Almodòvar.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

À la semaine prochaine !

à suivre - 03 mai 2017

Mercredi prochain, on voit le cinéma en orange ! 🔶

 

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer