Bonjour cher internaute,

Bienvenue en 2016 ! La version trop ancienne de votre navigateur ne permet pas un affichage correct et complet du site internet Orange Pop qui est optimisé pour les versions les plus récentes des navigateurs web (Firefox, Chrome, Safari et Internet Explorer à partir de la version 10). Nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur pour profiter de toutes les fonctionnalités du magazine et vivre avec nous une expérience hors du commun ;)

L'équipe Orange Pop

fr en recherche Menu
Le mag cette semaine

Les start-ups au service de la pop culture

Shine bright like a start-up.

Et si Rihanna adaptait les paroles de sa chanson pour rendre hommage aux start-ups ? Ben quoi ?! Elles sont nombreuses à faire groover leurs cellules grises au service de la pop culture et pas une icône de la pop pour leur offrir un hymne à l’amour ?! Pourtant, aucun domaine n’est épargné : jeux, musique, sport, ciné, télé, lecture, photo, divertissements en tous genres… Les start-ups oeuvrent partout et elles comptent bien trouver le produit qui va vous faire tripper.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Alors dans ce mag 104, on se la joue business angel à la recherche des pépites de la world tech qui ont le ‘Pop Style’. Et comme on dit dans l’univers des start-ups :

  1. On se comprend mieux avec le jargon des start-ups
  2. Orange soutient des start-ups au service de la pop-culture
  3. Écouter un vinyle sans platine, c’est possible !
  4. On adore Baobab Studios et ses petites bêtes animées en réalité virtuelle !
  5. Stephen Phillips, l’inventeur de PopGun
  6. On a rencontré le rappeur Axiom de Keakr
  7. La danse devient musique avec une start-up
  8. Foosball Society : le comeback du babyfoot
  9. Cozmo, le robot de compagnie made in start-up
  10. EmoJam, les emojis musicaux…
  11. Startup Vitamins et ses produits inspirants

Alors attachez vos ceintures, on vous embarque dans la pop culture !

Et comme on le dit très souvent dans l’open space des start-up :

Expérimente. Échoue. Apprends. Recommence.

Le jargon des start-ups

L'infographie - 07 juin 2017

À chaque culture son langage et son vocabulaire. Celle des start-ups n’a pas échappé à la règle. Fidèle à son époque, le jargon du start-upeur s’est ainsi largement inspiré de la pop-culture. Quelques exemples :

 

Impression

 

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Des start-ups au service de la pop-culture, soutenues par Orange

Top 5 - 07 juin 2017

Orange soutient l’innovation et les start-up qui entendent faire la différence avec de nouveaux concepts et produits toujours plus originaux : Orange fab, La Ruche. Certaines d’entre elles ont un maître mot : pop-culture !

1. Advir.co,la publicité immersive :

Cette start-up a choisi la réalité virtuelle pour attirer ses clients, les annonceurs publicitaires en l’occurrence. L’idée est simple et pourtant tout à fait innovante : insérer des publicités dans des programmes et vidéos de réalité virtuelle ou augmentée. Les possibilités sont immenses, des vidéos promotionnelles aux jeux vidéos, retransmissions sportives ou les mêmes films qui sortiront bientôt dans ce format révolutionnaire.

2. Zaptogether, le maître du flux vidéo c’est vous :

Les créateurs de cette plateforme ont misé sur la collaboration, les goûts, la perspicacité et l’influence des internautes pour concevoir un formidable outil de partage et dénicher les meilleures vidéos du web. Vous aimez une vidéo ? Gardez la. Le reste ? Zappez le ! Via un système de vote en temps réel, vous pouvez créer votre propre flux de vidéos et influer sur le classement général de cette web TV. Leur promesse : “Devenez le programmateur en temps réel d’un flux collectif, participatif et innovant”.

3. Shadow, le PC gaming du futur :

L’avenir du gaming PC serait-il dans le cloud ? C’est en tout cas ce que pense Blade, la jeune start-up parisienne derrière le Shadow, un boîtier miniature connecté à un ordinateur surpuissant… mais installé loin de chez vous et disponible grâce à un abonnement mensuel. Capable des mêmes performances qu’un ordinateur de jeu “traditionnel”, le Shadow permet de jouer à n’importe quel jeu vidéo et de bénéficier de la meilleure qualité d’image comme de fluidité. De jeuxvidéo.com à journaldugeek.com ou 01net.com, les critiques sont unanimes, le Shadow va cartonner !

4. OmniLive,  la vidéo nouvelle génération :

Assister aux cours magistraux des meilleures universités, à des concerts, conférences et évènements en tout genre partout dans le monde depuis chez vous. C’est ce que permet OmniLive, un système de captation en direct permettant de prendre la place du réalisateur et de choisir son point de vue d’un simple clic. Déjà disponible pour la Sorbonne, le MIT (Massachusetts Institute of Technology), mais aussi Taratata et comme l’espère Cyril Zajac, son concepteur, bientôt pour des matchs, des parties de jeux vidéos ou des concerts, OmniLive est clairement une nouvelle façon de voir la vidéo.

5. FabLabchannel – Les Haut-parleurs, la chaîne vidéo pour et par les Millennials :

Incontestablement, la jeunesse est pleine de ressource ! La preuve avec Les Haut-Parleurs, des jeunes reporters francophones réunis par la plateforme FabLabChannel autour d’un projet commun, (soutenu par TV5Monde, Audiens, La Netscouade, Orange, l’Institut Français et l’Organisation Internationale de la Francophonie) : s’exprimer librement, chaque trimestre et dans de courtes vidéos diffusées sur leur chaîne Youtube, sur des enjeux de société du monde entier. Leur force : être issu du réseau et des programmes Erasmus et donc pouvoir traiter une multitude de thèmes dans une multitude de pays. Environnement, changement climatique, emploi, représentation de la femme… tout y passe !

Bonus : Keakr, l’appli qui veut faire rapper le monde :

Un studio d’enregistrement dans son téléphone. C’est l’idée de Keakr, l’application mobile lancée par le rappeur et entrepreneur lillois Axiom, et accélérée par OrangeFab en saison 2 et 3. Rapper partout, tout le temps et sur n’importe quelle instrumentation de hip-hop puis, surtout, partager sa performance et ainsi créer du lien entre des communautés qu’une même passion rassemble. À la fois appli d’enregistrement, de diffusion et de compétition entre artistes et avant tout dédiée aux musiques urbaines, à peine lancée Keakr fait déjà beaucoup de bruit dans le rap game français. Pour l’occasion, Axiom répond à nos 3 Questions.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Comment écouter un vinyle sans platine ?

La question qui tue - 07 juin 2017

En le faisant tourner entre ses dents. Faux. En lançant une toupie dessus. Faux. En l’attachant à une corde comme un yoyo. Faux. En utilisant le RokBlok voyons ! À la fois lecteur de vinyle et haut-parleur de poche, ce petit boîtier imaginé par le designer Logan Riley peut même être connecté à une enceinte bluetooth pour en amplifier le son.

Les inventeurs de ce petit bijou d’ingéniosité ont su allier les impératifs (ou désagréments) de la modernité à l’exigence des plus puristes des mélomanes. Si vous êtes locataire d’un petit studio et amateur inconditionnel de vinyles, baroudeur et passionné de galettes noires, alors le Rokblok est la solution à vos problèmes de place et de logistique.

Lancée en décembre 2016, la campagne de crowdfunding a réuni 3 615 contributeurs qui ont engagé 351 816 $ pour soutenir ce projet et la jeune start-up Pink Donut. Il vous faudra toutefois encore patienter quelques mois avant d’acquérir le Rokblok dont la commercialisation est prévue en septembre 2017.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Baobab Studios et ses petites bêtes animées en réalité virtuelle !

Autour d'une image - 07 juin 2017

Le futur du cinéma d’animation se cache peut-être derrière la start-up californienne Baobab Studios. Décrite par le magazine Forbes comme “Le Pixar de la réalité virtuelle”, elle est à la pointe de l’animation en réalité virtuelle et son dernier projet en cours de production risque de faire beaucoup de bruit. Son nom : Rainbow Crow.

Présenté en marge du 70e Festival de Cannes, cette série animée en VR est co-produite par John Legend, dont la voix est également celle du personnage central. Co-fondé en 2015 par Eric Darnell (un ancien de chez Dreamworks qui a notamment réalisé toute la saga Madagascar), Baobab Studios n’en est pas à son coup d’essai. La start-up compte déjà plusieurs réussites à son actif dont les courts métrages Invasion! et Asteroids!.

L’histoire de Rainbow Crow est tirée d’une légende amérindienne du peuple Lenapes. Elle raconte l’histoire et le voyage de cet oiseau au plumage arc-en-ciel qui s’en va, en héros et au nom des autres animaux de la forêt, demander au Great Sky Spirit de ramener les beaux jours qu’un hiver interminable menace. Une fable sur la nature et l’altruisme que la réalité virtuelle devrait rendre plus merveilleuse encore !

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Stephen Phillips, l’inventeur de PopGun

L'inconnu de la semaine - 07 juin 2017

Stephen Phillips est loin d’être novice en matière d’invention. En effet, cet ingénieur américain a conçu il y a quelques années l’algorithme We Are Hunted, vendu à Twitter à 2013 et qui permettait de générer des “tops” et des listes de lecture dynamiques reflétant les nouveautés musicales à partir des messages, commentaires et “like” des utilisateurs de services comme Twitter, Youtube ou Facebook. De l’intelligence artificielle appliquée au web et à la musique en somme.

Ce géni de l’algorithme s’est depuis fixé un nouvel objectif avec sa start-up PopGun : créer une intelligence artificielle cette fois-ci capable d’identifier les chansons et styles musicaux qui deviendront populaires, d’alimenter son système neuronal avec des sons existants pour, à terme, composer ses propres tubes du futur.

Si les travaux et recherches de cet ingénieur-disrupteur aboutissent, cette nouvelle intelligence artificielle pourrait devenir un formidable outil pour les producteurs et compositeurs des musiques de demain. Mais PopGun pourrait aussi être à l’origine des premiers groupes de robots musiciens… Une affaire à suivre, pour le meilleur, ou pour le pire, mais toujours en musique !

popculture-startup-stephen-philipps-popgun-musique

Stephen Phillips, inventeur de PopGun, et peut-être des 1ers robots musiciens ! © Colin Kinner

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

3 questions à Hicham Kochman, aka Axiom, rappeur, producteur et CEO de la start-up KEAKR

3 questions à - 07 juin 2017

Véritable touche-à-tout, le rappeur Axiom a lancé il y a quelques semaines KEAKR, une application dédiée à la pleine expression des talents urbains et de la culture Hip Hop. Tour d’horizon d’une start-up qui risque de faire du bruit.

Orange Pop : Commençons par le commencement. Comment as-tu eu l’idée de créer KEAKR et comment s’est déroulée la phase de développement, puis de lancement ?

Axiom : Ça faisait déjà longtemps que je songeais à une créer plateforme destinée à réunir les créatifs du Hip Hop et par extension des musiques urbaines. C’est finalement l’aboutissement d’un parcours et de mon idée, devenue réalité, du centre culturel Hip Hop dans les Hauts de France, le Flow.

J’avais constaté très tôt une réelle absence de bannière numérique pour nous. Cette future plateforme devait donc impérativement nous permettre d’exposer nos contenus mais aussi de créer du lien. Au fil de la réflexion, le média social est devenu une évidence. Puis, la forme d’une application smartphone s’est imposée d’elle même, suite aux multiples rencontres que j’ai menées au sein de la communauté, avec les plus jeunes, lors d’ateliers d’écriture ou dans la rue, mais aussi avec les développeurs.

Le développement a été difficile, chercher la bonne formule et trouver les bonnes personnes prend du temps. Quand au lancement, il s’est fait simplement par le bouche à oreille, en sillonnant les petits événements qui rassemblent la communauté Hip Hop. Ça paraît simple dit comme ça mais notre communauté n’est pas dupe. Elle ne bosse qu’avec des personnes dont elle respecte l’activisme, les valeurs ou le parcours.

Après avoir lancé un premier test grandeur nature, nous avons très vite été dépassés par le nombre d’inscriptions. Stabiliser une application, complexe d’un point de vue technologique, est un processus long et difficile. À présent, nous sommes technologiquement prêts à communiquer à plus grande échelle et pouvons nous appuyer sur un vrai réseau international qui ne cesse de s’étoffer. C’est une vraie victoire, d’autant que peu y croyait au début, si ce n’est les vrais potes et quelques visionnaires avisés. L’une des premières leçons que j’en tire c’est qu’il est important d’être équilibré et bien entouré lorsqu’on s’engage dans ce type de projet.

O. Pop : KEAKR est à la fois une application au service des cultures urbaines et de la « hip-pop » culture, et une start-up innovante qui surfe sur les nouvelles technologies et les outils de partage et de communication. Comment maries-tu ces deux aspects ? Aussi, quels sont les sources de revenus et les débouchés de KEAKR ?

Axiom : L’application s’appelle KEAKR, à comprendre « Kickeur », un rappeur qui « jette son texte, sa rime ». Avec l’habitude, on utilise ce mot aussi pour dire « génie ». Par exemple, on peut être un kickeur en math. Le graphisme est signé HB District, un grapheur-graphiste de renom qui a notamment réalisé mes pochettes d’album. Bien qu’elle ait grandi en maturité et en taille, je bosse quasiment avec la même équipe qu’à mes débuts. Faire le lien entre Hip Hop et start-up s’est donc fait assez naturellement. De manière générale, la création a toujours été avant-gardiste et innovante dans la culture Hip Hop.

Du fait de la portée internationale qu’offre le numérique, la différence se ressent plutôt au niveau de la taille des marchés. S’agissant du seul marché francophone, les opportunités sont immenses. S’ajoutent d’autres facteurs comme la double nationalité de nombreux d’entre nous, mais aussi notre culture américaine qui s’est forgée en suivant les parcours de légendes comme Michael Jackson, Michael Jordan, mais aussi Dr. Dre et son aventure Beats. Tout cela représente de vraies inspirations entrepreneuriales qui s’ajoutent à des exemples français comme ceux de Booba, Maître Gims, Dawala ou encore Stromae en Belgique. Des années plus tôt, Kenzy du Secteur A était même déjà une référence en la matière.

Les sources de revenus potentiels de KEAKR sont nombreuses, mais notre but est surtout de continuer un développement avec la communauté qui dès le début a été au rendez-vous. C’est avec elle que l’on définira le futur business model. L’idée est de rester fidèle à cette même démarche que j’emprunte depuis toujours en tant qu’artiste ou producteur. Ce milieu, fort des liens et de la philosophie qui le traverse et l’anime, est aujourd’hui mondial. Il ne se résume pas à une danse ou une musique. Il s’agit d’une culture à part entière.

O. Pop : Tu parles de créer du lien, de rassembler des communautés grâce à KEAKR. C’est à dire ? Peux-tu nous expliquer comment cela fonctionne ?

Axiom : KEAKR est d’abord sortie en France et en Belgique. Son principe est simple :

  1. Tu choisis l’instrumentation dans le genre que tu kiffes (Boom bap, trap, cloud, trip hop, dancehall, jazzy, electro, etc.) ou alors le mode A cappella.
  2. Tu choisis un filtre vidéo.
  3. Tu enregistres directement ton clip.
  4. Tu sélectionnes un effet de voix.
  5. Une fois que le son a automatiquement été mixé et masterisé, tu envoies ton contenu partout sur les réseaux sociaux.
  6. Ta vidéo apparaît aussi sur KEAKR, dans la rubrique « Street ». Les gens peuvent valider, partager ton contenu et commenter.
  7. Tu peux aussi challenger les autres utilisateurs via une fonction « Battle » unique en son genre.

startup-axiom-interview-application

La communauté est déjà présente sur l’application. Déjà des talents se sont révélés. Déjà des deals entre beatmakers et rappeurs ou chanteurs se sont faits. Punchlynn, une jeune rappeuse, a posé avec MK-Zoo, l’un des beatmaker français les plus talentueux. Déjà des compilations ou des clips collectifs se sont montés à partir de l’application. Et ce en moins d’un mois !

Des rappeurs comme Seultou, Sado MC, Jack Ardi ou encore la rappeuse A2N ont pu montrer leurs performances. La plupart de ces artistes sortent des clips et même des albums, comme L’originale K. Des beatboxers s’y sont mis, ainsi que le triple champion du monde de danse Hip Hop, Sofiane Felouki, qui a fait une performance sur KEAKR. Mais aussi des DJ, comme DJ Wars qui file des rendez-vous mix-scratch en mode Corée du Sud. Les beatmakers sont peu valorisés en France, avec KEAKR on les remet au centre.

Tous ces artistes ont du talent. La plupart font ça pour le plaisir, d’autres essaient de vivre de leur art. Autant de problématiques auxquelles KEAKR essaie de répondre. Il ne s’agit pas juste d’une plateforme ou d’une simple application, mais bien d’un laboratoire, celui des usages de la communauté dans les musiques urbaines. KEAKR c’est tout simplement Nous.

axiom-rappeur-interview-application-startup

Le rappeur Axiom

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

#Phonotonic: quand la danse devient la musique

Musique - 07 juin 2017

On a une trouvaille qui devrait ravir le chef d’orchestre AINSI QUE le danseur qui sommeillent en vous : voici Phonotonic.

Sous ce nom trop cool se cache un gadget connecté encore plus cool qui transforme les mouvements en musique, si si, on vous l’assure, regardez par vous même.

On adore l’idée… mais ce n’est pas sûr du tout que nos voisins eux adorent, enfin c’est vrai, imaginez la soirée entre potes où chacun aurait son petit boitier…

Toujours est-il que c’est fantastique de pouvoir danser sur son propre rythme et donner une sonorité à ses pas de danse donc en ce qui nous concerne, Phonotonic est validé !

Alors comme dirait le slogan de la marque, « don’t play music, be music » (« ne jouez pas la musique, devenez la musique »).

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Foosball Society : le comeback du babyfoot

Stories - 07 juin 2017

Place au babyfoot, qui tout d’un coup à prix un coup de modernité avec l’arrivée de Foosball Society.
Foosball, c’est la dénomination anglaise de « babyfoot », et le « society », c’est pour faire référence au fait qu’il s’agit en fait d’une plateforme digitale qui relie les joueurs de « baby » dans le monde.

La start-up française est soutenue par Orange et était présente au SXSW de 2017. Plus de boulier pour afficher les scores, place aux afficheurs numériques et surtout à la caméra qui permet de revoir ses actions… au ralenti !

D’après ce qu’on lit, l’activité correspond autant aux petits qu’aux grands, aux entreprises qu’aux groupes d’amis, aux pros qu’aux novices. Allez, on vous laisse, on va se faire une petite partie, nous !

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Cozmo, le robot de compagnie made in start-up

Stories - 08 juin 2017

Quand vous étiez petit vous rêviez d’avoir un animal de compagnie mais vous étiez allergique aux poils de chien ou de chat. Anki, une start-up américaine a trouvé une idée qui devrait faire plaisir à tout le monde : un robot de compagnie !

On vous présente Cozmo, une intelligence artificielle qui a pour but de normaliser la présence d’IA dans les foyers. C’est vrai que le concept d’un objet tech qui « réfléchit » comme un humain peut être impressionnant pour certains, c’est pourquoi Cozmo est un robot tout mignon et hyper attachant qui devrait effacer toutes les idées reçues négatives qu’on peut se faire sur l’IA.

C’est un peu un Tamagoshi 2.0, vivement la fin 2017, on est pressés de le voir courir dans notre salon !

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

EmoJam, les emojis musicaux...

Stories - 09 juin 2017

On n’arrête pas le progrès : des voitures volantes, des films en 3D… et maintenant des emojis musicaux ! The future is now !

Vous l’aurez compris, il est maintenant possible de ponctuer ses emojis par du son, et c’est la start-up franco-américaine EmoJam qui est à l’origine de cette révolution. Ayant pour but de soutenir les artistes musicaux mais de façon originale, l’application dispose déjà de 80 EmoJams

Quand on voit le nombre d’utilisateur et surtout le revenu générés par les applications telles que Kimoji (by Kim K.) ou Justmoji,(du Monsieur Bieber) on se dit que la start-up a fait le bon choix en se dirigeant vers le business des emojis.

On se demande ce que sera la prochaine étape… des emojis grandeur nature ?

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Startup Vitamins et ses produits inspirants

Stories - 12 juin 2017

Si vous aussi vous avez été inspirés par notre mantra de la semaine « Experiment. Fail. Learn. Repeat. » (Expérimente. Échoue. Apprends. Recommence), on vous a trouvés le e-shop où vous procurer tout plein de phrases inspirationnelles du type, en format poster mais aussi inscrites sur des coques iPhone, des t-shirts et des coussins.

Startup Vitamins, c’est le magasin virtuel qui rhabille votre maison ou les locaux de votre start-up à l’aide de toutes nos citations favorites d’entrepreneurs… et oui accessoirement c’est aussi une start-up !

Donc si vous êtes en panne d’inspiration et de motivation et qu’en plus de ça vous vouliez refaire votre déco, une seule adresse : www.startupvitamins.com

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Quand la Silicon Valley reprend Jay Z & Kanye!

Stories - 13 juin 2017

Vous vous êtes déjà demandé comment sonnerait l’hymne officiel d’un startuppeur ? Plus la peine de l’imaginer, Gabriel Gervelis et Manish Gaudi ont écrit pour vous, pour nous tous, la chanson par excellence que tous les entrepreneurs devraient apprendre par cœur… et c’est du rap !

Gervelis et Gaudi, deux CEO’s du monde de la tech, ont décidé de reprendre le titre phare de Jay Z et Kanye West, « Ni**as In Paris », sauf qu’au lieu de parler de vêtements de marque, d’hotels de luxe et de Mary Kate et Ashley, les deux loulous parlent de Jeff Bezos, de big data, et de market share.
Tout de même un point commun : les deux duos parlent de bouteilles de champagne hors de prix.

Comme on le disait dans le mag 96, les entrepreneurs peuvent être de sacrés philosophes, et ils s’imposent comme de véritables piliers de la pop culture. C’est bien pour ça qu’ils s’amusent à en emprunter les codes pour nous proposer les innovations les plus délirantes.

Finalement pop culture et start-ups, ça matche TOTAL !

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

À bientôt !

à suivre - 07 juin 2017

A très vite, et surtout, restez « pop »!

 

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer