Bonjour cher internaute,

Bienvenue en 2017 ! La version trop ancienne de votre navigateur ne permet pas un affichage correct et complet du site internet Orange Pop qui est optimisé pour les versions les plus récentes des navigateurs web (Firefox, Chrome, Safari et Internet Explorer à partir de la version 10). Nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur pour profiter de toutes les fonctionnalités du magazine et vivre avec nous une expérience hors du commun ;)

L'équipe Orange Pop

Hello cher visiteur !
Orange Pop vous donne désormais rendez-vous sur orange.com avec de nouvelles pastilles prêtes à snacker...
A tout de suite ;)

orange.com
fr en recherche Menu

Anecdotes

Comment écouter un vinyle sans platine ?

La question qui tue - 07 juin 2017

En le faisant tourner entre ses dents. Faux. En lançant une toupie dessus. Faux. En l’attachant à une corde comme un yoyo. Faux. En utilisant le RokBlok voyons ! À la fois lecteur de vinyle et haut-parleur de poche, ce petit boîtier imaginé par le designer Logan Riley peut même être connecté à une enceinte bluetooth pour en amplifier le son.

Les inventeurs de ce petit bijou d’ingéniosité ont su allier les impératifs (ou désagréments) de la modernité à l’exigence des plus puristes des mélomanes. Si vous êtes locataire d’un petit studio et amateur inconditionnel de vinyles, baroudeur et passionné de galettes noires, alors le Rokblok est la solution à vos problèmes de place et de logistique.

Lancée en décembre 2016, la campagne de crowdfunding a réuni 3 615 contributeurs qui ont engagé 351 816 $ pour soutenir ce projet et la jeune start-up Pink Donut. Il vous faudra toutefois encore patienter quelques mois avant d’acquérir le Rokblok dont la commercialisation est prévue en septembre 2017.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Peut-on faire de la boxe sans prendre de coups ?

La question qui tue - 31 mai 2017

Tout le monde en a rêvé un jour. Il est désormais possible de faire de la boxe sans pour autant repartir avec un oeil au beurre noir que votre patron (et vous) n’appréciera que moyennement. Sport on ne peut plus propice à la VR, la boxe se développe en effet à toute vitesse dans le domaine et les simulations du genre sont désormais du plus en plus réalistes, comme par exemple le très réussi The Thrill of The Fight. En plus de ça, pour ceux qui préfèrent tout de même regarder de la boxe plutôt que de la pratiquer, l’application Sky VR permet désormais de voir le replay d’un match en VR, comme c’était le cas récemment pour le combat qui a vu Wladimir Klitschko (qui s’était battu contre Jean-Marc Mormeck il y a quelques années) affronter l’anglais Anthony Joshua. Alors, vous attendez quoi pour acheter vos gants ?!

 

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Il n’y a pas d’âge pour être une wonder woman !

Brillez en soirée ! - 24 mai 2017

En 2012, sortait en salles l’un des films les plus touchants de ces dernières années, Les Bêtes du sud sauvage, adapté de la pièce Juicy and Delicious de Lucy Alibar et réalisé par Benh Zeitlin. Il raconte l’histoire de Hushpuppy Doucet, une petite fille de six ans qui vit dans le bayou de Louisiane avec son père. Pleine de caractère, d’espoir et de débrouillardise, elle mène une quête à la recherche de sa mère disparue, et un combat quotidien contre des changements climatiques qui détruisent sa cabane, provoquent la montée des eaux et libèrent des glaces des troupeaux d’aurochs, etc.

Présenté au Festival du film de Sundance en 2012, le film a remporté le Grand Prix du Jury pour une fiction. L’année suivante, il était nommé pour quatre Oscars, dont celui de la meilleure actrice pour la jeune Quvenzhané Wallis alors âgée de 9 ans, et de 6 au moment du tournage. Elle est ainsi devenue la plus jeune nommée de l’histoire des Oscars dans cette catégorie. À ces côtés et concourant pour la même récompense, était aussi présente Emmanuelle Riva, 85 ans, actrice la plus âgée de toute l’histoire des Oscars, nommée quant à elle pour son rôle dans le film Amour.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Comment un simple télégramme a-t-il changé le jury de Cannes ?

La question qui tue - 17 mai 2017

Parfois, devenir président du jury à Cannes tient à peu de choses. Même à très peu de choses. Le meilleur exemple date de 1980. Cette année, les organisateurs du festival de Cannes décident de nommer comme président du jury le cinéaste allemand Douglas Sirk, auteur de bon nombre de classiques.

Pour l’en informer, ils envoient un télégramme à Hollywood précisant simplement : “Request Douglas Sirk for jury”. Manque de chance, le message est mal décrypté et il devient “Request Douglas, Kirk for jury”, faisant donc soudainement référence à l’acteur américain Kirk Douglas. L’erreur ne sera pas rectifiée et c’est donc bien Kirk Douglas qui sera président cette année à Cannes. C’est ce qu’on appelle entrer dans la légende par la petite porte.

kirk-douglas-cannes-festival

Kirk Douglas, président du jury malgré lui © Herbert Behrens / Anefo (Nationaal Archief)

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Jeanne Moreau est la seule à avoir été deux fois présidente du jury à Cannes

Brillez en soirée ! - 17 mai 2017

Mis à part lors de ses toutes premières années, le festival de Cannes a toujours pris soin depuis 1960 de ne pas donner la présidence du jury deux fois à la même personne. Mais une règle implique aussi toujours quelques entorses. C’est ce qu’a fait Gilles Jacob avec le cas Jeanne Moreau. En effet, le président du festival est littéralement tombé sous le charme de l’immense actrice française depuis qu’il l’a vu interpréter toute jeune deux rôles à la fois dans le film L’Heure éblouissante, d’Anna Bonacci. Résultat : Jeanne Moreau a été présidente du jury en 1975 et en 1995. C’est comme ça et puis c’est tout. N’est pas Jeanne Moreau qui veut.

ÇA POURRAIT VOUS PLAIRE 
La question qui tue : Depuis sa création, combien de femmes ont rejoint le jury du festival ?

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Dans quel film, la combinaison d’astronaute orange est-elle apparue pour la première fois au cinéma ?

Brillez en soirée ! - 10 mai 2017

Pas la peine de lever les yeux vers les étoiles. La réponse se trouve plutôt vers la Lune. C’est en effet dans le film Destination Moon, sorti sur les écrans américains en 1950, que la première combinaison d’astronaute orange fait son apparition. Il s’agit également du premier film en couleur (Technicolor) sur l’exploration spatiale.

Celui qui se cache derrière le hublot et l’épaisse couche de protection orange est l’acteur John Archer, qui incarne Jim Barnes, un magnat de l’aviation qui participe à la construction de la fusée qui emmènera la petite équipe sur la surface de la Lune. Considéré comme le premier film de science-fiction d’inspiration hard science, il eut un impact important en contribuant à ancrer la possibilité d’un voyage sur la Lune dans l’esprit du grand public.

Quelques années après sa sortie, Hergé s’inspirera de ce film précurseur, notamment des idées techniques qui y sont présentées (propulsion nucléaire de la fusée), pour ses albums Objectifs Lune (1953) puis On a marché sur la Lune (1953).

orange-cinema-astronaute-couleur-premiere-fois

Dans l’espace, le orange c’est la classe ! © IMDB

 

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Almodóvar a tourné presque tous ses films à Madrid

Brillez en soirée ! - 03 mai 2017

“Ma vie et mes films sont liés à cette ville, comme les deux faces d’une même pièce de monnaie,” écrit Pedro Almodóvar dans son roman Patty Diphusa, la Vénus des lavabos. Et c’est peu de le dire. La filmographie du célèbre cinéaste espagnol est fondamentalement liée à la ville de Madrid puisqu’il y a par exemple tourné Le Labyrinthe des Passions, Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?, La Loi du désir, Les étreintes brisées ou Tout sur ma mère.

Les plus madrilènes de ses spectateurs reconnaîtront par exemple le Café Wooster (dans Le Labyrinthe des Passions), la rue d’Arenal (dans En chair et en os), la gare d’Atocha (dans Kika) ou le Cuartel del Conde-Duque (dans La loi du désir)  qui peuplent ses films comme autant de personnages récurrents et essentiels. De quoi se demander à quoi aurait pu ressembler la filmographie de Pedro Almodóvar s’il avait finalement décidé d’aller s’installer à Dublin, Londres ou même Lagos !

pedro-almodovar-ville-madrid-filmographie

Le Madrid coloré de Femmes au bord de la crise de nerfs © El Deseo

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Pourquoi Almodóvar n'aime pas Hollywood ?

La question qui tue - 03 mai 2017

Parcequ’il est un amoureux de Madrid, Pedro Almodóvar a toujours eu quelques réticences à quitter l’Espagne pour aller faire carrière aux Etats-Unis. Surtout depuis qu’il a rencontré l’une de ses idoles, le cinéaste américain Billy Wilder, qui lui a conseillé de ne jamais aller s’installer à Hollywood, où son cinéma devrait forcément faire des compromis. Depuis, Pedro Almodóvar n’a d’ailleurs pas hésité à critiquer Hollywood pour son sexisme “diabolique”, comme il le précise au magazine Variety : “Hollywood ne crée pas de bons rôles pour parler des mères, des petites amies, des filles et des belles-soeurs.” Et à bien y réfléchir, il est vrai qu’on imagine mal les héroïnes des films d’Almodóvar dans le cadre strict et codifié des studios hollywoodiens !

pedro-almodovar-hollywood-relation-cinema-espagnol

Pedro s’autorise une photo avec les meilleurs scénaristes d’Hollywood ©TheHollywoodReporter

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Une star peut-elle sauver une mer ?

La question qui tue - 26 avril 2017

L’avenir proche nous le dira. Avec l’envie de réinsérer l’écologie au centre du plaisir de vivre, c’est en tout cas l’objectif du compositeur de musique électronique Jean-Michel Jarre, qui a voulu faire entendre au monde qu’il est urgent et nécessaire de sauver la Mer Morte. Chaque jour celle-ci s’assèche un peu plus, son niveau diminuant de plus d’un mètre par an. Pour cause notamment, l’importante exploitation par les pays voisins des eaux du Jourdain, le fleuve qui l’alimente.

Pour son dernier concert pharaonique, qui s’est déroulé le 6 avril dernier, l’artiste français n’a pas choisi l’emplacement au hasard. Sous la célèbre forteresse de Massada et à quelques centaines de mètres des rives asséchées de la Mer Morte, la scène a été érigée au point le plus bas de la surface terrestre. Ce qui a fait dire au musicien et ambassadeur de bonne volonté de l’Unesco : « Je veux élever le désert le plus bas de la planète vers une nouvelle dimen­sion ».

Pari réussi pour la dimension musicale et électronique, au regard des 10000 personnes venues assister à ses 8 heures de performance live. Quant à la dimension écologiste, on peut dire que c’est en faisant du bruit que l’on attire l’attention ! Jean-Michel Jarre a voulu alerter le monde des dangers qui pèsent sur l’un des berceaux des civilisations.

Sa première revendication : faire inscrire cette mer et sa région au patrimoine mondial de l’Humanité !

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Peut-on discuter avec une œuvre d'art ?

Le vrai du faux - 19 avril 2017

Comme beaucoup de monde, il vous est peut-être déjà arrivé de vous retrouver perplexe face à une œuvre d’art ? Et bien le Musée d’Art Moderne de Buenos Aires semble avoir trouvé la solution idéale pour vous éviter de passer à côté d’une sculpture ou d’une peinture sans vraiment la comprendre. Via le programme « Dialogue with the artwork », le musée argentin a conçu un chatbot qui vous permet de discuter avec la sculpture Bio Cosmos de l’artiste Emilio Renart. Grâce à l’intelligence artificielle, l’œuvre est en effet dôtée d’une véritable personnalité et répond en temps réel à toutes les questions des visiteurs : D’où viens-tu ? Qui est ton créateur ? Quel âge as-tu ? Quelle est ta taille ? Etc.

Après avoir parlé avec elle, vous ne regarderez plus jamais les œuvres d’art de la même manière.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer