Bonjour cher internaute,

Bienvenue en 2016 ! La version trop ancienne de votre navigateur ne permet pas un affichage correct et complet du site internet Orange Pop qui est optimisé pour les versions les plus récentes des navigateurs web (Firefox, Chrome, Safari et Internet Explorer à partir de la version 10). Nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur pour profiter de toutes les fonctionnalités du magazine et vivre avec nous une expérience hors du commun ;)

L'équipe Orange Pop

fr en recherche Menu

Autour d'une image

Le premier Café NBA d’Europe a ouvert ses portes

Autour d'une image - 15 mars 2017

concept-store-nba-barcelona

Cafés et burgers à trois points ! Bienvenue au temple du basket ball © NBA Cafe Barcelona

C’est bien connu, l’Espagne est l’une des grandes nations du basket ball. Paul Gasol, Jose Calderon, Serge Ibaka, on ne compte plus les joueurs espagnols évoluant dans la plus prestigieuse ligue du monde, la NBA. Preuve de l’importance du basket dans le pays, c’est à Barcelone que s’est installé le premier NBA Cafe d’Europe, en plein cœur de Las Ramblas.

À l’intérieur, fan de basket ou non, vous ne serez pas déçu. T-shirt des équipes les plus prestigieuses, animations en tous genres, “Fan zone”, parquet façon arena… tout est pensé NBA, des sous-verres, serviettes en papier, revêtement des sièges en caoutchouc orange jusqu’à la carte du menu. Vous pourrez ainsi déguster les “NBA Cafe Ribs”, le “Hummus Three-Point Shot”, le “Dunk Carrot” ou encore la “Alley-Oop Apple Pie”.

Au programme : retransmission en direct ou en différé de tous les matchs de NBA, et si vous êtes hors saison, pas d’inquiétude, vous pourrez vous délecter, sur écran géant et dans les larges banquettes du bar-restaurant, des plus belles performances de Lebron James, Kevin Durant, Stephen Curry, Tony Parker

ORANGE POP VOUS RECOMMANDE

Stories : Prêts à jouer au basket dans la nouvelle boutique de Nike ?

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

L’actrice et diva égyptienne Laila Eloui

Autour d'une image - 08 mars 2017

laila-eloui-actrice-egypte-afrique-cinema

La leçon de danse et de joie de vivre de Laila Eloui © Copyright Pyramide Distribution

Diva orientale pour certains, icône intouchable pour d’autres, Laila Eloui fait clairement partie du Panthéon du cinéma égyptien. Celle qui a entamé sa carrière à l’âge de 8 ans en participant à des programmes radios et télévisés, a aujourd’hui plus de 70 films à son actif.

De son premier rôle en 1983 dans Tgebha keda Tgelha Keda Heya Keda, au célèbre film Le Destin (1997) du réalisateur Youssef Chahine jusqu’à sa performance éblouissante dans le tout récent Le ruisseau, le pré vert et le doux visage, elle a su incarner tous les rôles. Jonglant entre films, séries télévisées et théâtre, elle a traversé les générations tout en conservant le jeu exigeant et l’aura aussi glamour que charismatique qui font sa marque de fabrique.

Les actrices n’ont plus cela, mais le moindre geste de Laila Eloui est celui d’une star, elle apporte avec elle une atmosphère de cinéma. Dans le film, elle incarne le rêve qui devient possible”, confiait le réalisateur Yousry Nasrallah dans une interview accordée à Télérama. Dans Le Ruisseau, le pré vert et le doux, virevoltante comédie musicale sur une famille de restaurateurs, véritable hymne à la vie et aux femmes, Laila Eloui incarne la plantureuse Shadia, dont le charme fait chavirer le coeur d’un futur jeune marié. Les pouvoirs et le charisme de Laila sont décidément sans limites !

La bande-annonce Le ruisseau, le pré vert et le doux visage

ORANGE POP VOUS RECOMMANDE

Stories : Des Oscars au Kenya, il n’y a qu’un pas pour Lupita Nyong’o

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Le Super Bowl, passage obligé pour les divas pop

Autour d'une image - 01 mars 2017

Chaque année, c’est une incroyable ferveur populaire qui s’empare de tous les Américains dès que sonne le coup d’envoi du Super Bowl. Mais si l’événement explose toujours plus les records d’audience de la télé américaine, c’est souvent davantage pour ses prestations musicales que pour la beauté du sport.

D’année en année, la fameuse compétition de football américain a vu passer un impressionnant palmarès de divas pop : Diana Ross, Christina Aguilera, Céline Dion, Beyonce, etc… Au point de devenir une étape obligée dans la carrière d’une diva. Dernière en date, Lady Gaga s’est essayée à l’exercice le mois dernier le temps d’une prestation d’envergure que beaucoup considèrent déjà comme l’une des plus réussies de l’histoire du Super Bowl. Une résurrection pour la chanteuse qu’on pensait dans le creux de la vague, mais qui prouve au contraire qu’elle est au sommet.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Les interviews de Barack Obama en live streaming

Autour d'une image - 15 février 2017

Youtube a récemment mis en ligne le making-of de l’un de ses projets les plus fous : Access To Power, des interviews de Barack Obama alors qu’il était Président des Etats-Unis, par des Youtubeurs et des citoyens américains. Certaines se sont déroulées en face à face, d’autres via Hangouts, la plateforme de visioconférence de Google.

Ainsi, dans leur salon, devant leur webcam, des Américains sélectionnés par les équipes de Google News Lab ont pu poser leurs questions directement à leur Président, sans aucun filtre. L’une d’entre eux se permet même l’impensable : couper la parole au président des États-Unis car sa réponse ne lui paraissait pas assez précise !

Des Youtubeurs, comme GloZell, Ingrid Nilsen ou encore sWooZie, qui après avoir interrogé le Président sur les violences policières, le terrorisme, le racisme ou les armes à feu, ont pu poser des questions pour le moins inattendues : “Pourquoi certains États américains taxent-ils les tampons autant que des produits de luxe ?”, “Si vous pouviez être un héros de Star Wars, lequel choisiriez-vous ?”. Réponse : Han Solo.

ÇA POURRAIT VOUS PLAIRE
Retour vers le futur : Histoire de l’e-book, de la science-fiction au streaming littéraire

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Avec Orwell, devenez Big Brother

Autour d'une image - 01 février 2017

George Orwell, l’auteur du livre culte 1984, avait finalement vu juste, et cela dès 1949. Non seulement ses prédictions se sont pour beaucoup réalisées (surveillance de masse, intelligence artificielle, hyper-information…), mais elles font aussi l’objet d’un jeu vidéo basé sur ses idées et certaines réalités du monde actuel. Sorti en novembre 2016, c’est au studio allemand Osmotic Studios que l’on doit Orwell, un jeu PC au titre on ne peut plus évocateur.

Le pitch est simple : à la suite d’une attaque terroriste dans une ville fictive, le gouvernement d’un pays lui aussi fictif, The Nation, confie à une nouvelle génération d’opérateurs civils volontaires (c’est à dire les joueurs eux-mêmes) l’utilisation du logiciel Orwell, une interface d’espionnage en ligne de la vie privée. Grâce à lui, vous avez tous les droits pour débusquer les auteurs des attentats : espionner le réseau, fouiller les boîtes mails, écouter les conversations téléphoniques, observer la ville grâce aux caméras de surveillance, consulter les chats en temps réels, pénétrer les ordinateurs personnels…

Une fois les données récoltées, vous les analyserez pour mener à bien votre enquête et déceler les éléments qui pourraient menacer le pays. Attention toutefois à ne pas vous tromper de suspects, car vous avez le pouvoir de faire basculer la vie de nombreux innocents. Et si, sous couvert de prévenir les menaces terroristes et de garantir la sécurité de tous, le logiciel Orwell ne cachait-il par des intérêts plus vastes et secrets ?

En plus de proposer un scénario original et d’actualité, Orwell pousse à la réflexion et questionne le joueur sur l’ultra-surveillance et les conséquences de l’utilisation massive et outrancière des nouvelles technologies. Ici, le joueur n’est pas l’opprimé ou l’aventurier, il est celui qui contrôle et surveille dans un monde placé sous très haute surveillance. Ici l’expression “Big Brother est parmi nous” n’a plus lieu d’être, car Big Brother… c’est vous.

 

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Pour Elon Musk, l’intelligence artificielle doit être au service de l’Humanité

Autour d'une image - 18 janvier 2017

Elon Musk exprime ses préoccupations au sujet de l’intelligence artificielle lors d’une Code Conférence 2016 :

De Google à IBM, en passant par Amazon ou encore Facebook, tous investissent massivement le domaine de l’Intelligence Artificielle. L’objectif est de concevoir une nouvelle forme d’intelligence artificielle capable de prendre des décisions en toute autonomie et de rivaliser avec un cerveau humain, si ce n’est de le dépasser (ou de le remplacer).

En marge de la bataille acharnée que se livrent ces entreprises, certains inventeurs, scientifiques, patrons ou ingénieurs visionnaires se posent des questions que les premiers semblent ignorer : quelles seront les conséquences sur l’humanité si une intelligence artificielle venait à dépasser le cerveau humain et à prendre des décisions à la place des hommes eux-mêmes ? Pour y répondre et tenter d’encadrer cette course au développement d’une intelligence artificielle complète, Elon Musk a créé OpenAI, une société de recherche à but non lucratif afin de promouvoir et de développer avec soin une intelligence artificielle qui profitera à l’humanité dans son ensemble.

Créée en décembre 2015, l’organisation a déjà reçu le support de nombreuses personnalités comme Bill Gates, le physicien Stephen Hawking, le scientifique Stuart Russell, Peter Thiel, le co-fondateur de PayPal ou encore Sam Altman, président de Y Combinator (le plus puissant incubateur de start-up au monde). OpenAI fonctionne également de manière collaborative avec d’autres institutions et chercheurs indépendants, notamment en mettant ses brevets et résultats à disposition du public, en open-source.

Avec 1 milliard de dollars de ressources, OpenAI a déjà développé plusieurs outils de recherche sur les capacités d’apprentissage des intelligences artificielles : OpenAI Gym et plus récemment Universe, une plate-forme logicielle basée sur “l’apprentissage par renforcement”. Elle permet aux chercheurs de faire interagir des intelligences artificielles avec des environnements conçus pour des humains (des jeux vidéos, du surf sur internet, un bureau d’ordinateur…). Le but : permettre à des intelligences artificielles de reproduire, par une série d’essais et d’erreurs, le comportement humain. Rien que ça !

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Un spectacle aérien avec 500 drones

Autour d'une image - 04 janvier 2017

Après avoir réalisé l’exploit en 2015 d’envoyer simultanément 100 drones dans le ciel, l’entreprise américaine Intel, a battu son propre record en octobre 2016. Ses ingénieurs sont parvenus à faire s’envoler et danser dans les airs un gigantesque essaim de 500 petites machines volantes contrôlées par une seule personne. Si la chorégraphie n’a duré qu’une minute, la prouesse est immense. En effet, Intel a développé un algorithme qui oriente automatiquement chaque drone dans la bonne direction.

Équipés d’un système lumineux (Led) afin de recréer l’effet d’un véritable feu d’artifice en lévitation, les 500 drones ont illuminé le ciel de la ville de Krailling, près de Munich, en Allemagne. Pour l’occasion, Intel a développé un nouveau modèle de drone, le Shooting Star, qui ne pèse que 280 grammes et ne nécessite aucune vis pour être assemblé.

Une prestation et une technologie qui n’ont pas tardé à faire tilter Disney, toujours très inspiré lorsqu’il s’agit d’offrir des spectacles grandioses aux invités de ses parcs d’attraction. Les deux géants ont ainsi mis au point un ballet aérien composé de 300 drones et d’une palette infinie de couleurs. Déjà, Disney envisage d’illuminer chaque soir le ciel de Floride avec sa nouvelle flotte de drone lumineux. Un régal pour les yeux et grand pas technologique !

ÇA POURRAIT VOUS PLAIRE

Autour d’une image : Avec son vélo, Dany MacAskill roule absolument où il veut en ville

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Hommage à ces icônes de la musique qui nous ont quittés en 2016

Autour d'une image - 28 décembre 2016

DavidBowieJimmyKing-last-photo

David Bowie marquera l’histoire de la pop culture jusqu’à la dernière photo © Jimmy King

Nous dédions cette pastille Autour de l’Image à un musicien, chanteur, auteur-compositeur-interprète, producteur de disques, acteur, peintre, icône de la mode, sex-symbol, créateur de tendances… David Bowie était tout cela à la fois, si ce n’est plus encore, tant son influence est immense sur la musique et la culture modernes. La photo ci-dessus est la dernière de cette légende de la musique, publiée le 8 janvier 2016, jour de son 69e anniversaire, et prise quelques jours avant sa mort, le 10 janvier, par son ami photographe Jimmy King.

L’année 2016 n’a pas été tendre pour les artistes et musiciens qui ont, pour certains, composé, joué et chanté de nombreux classiques de ces quarante dernières années. La meilleure manière de leur rendre hommage ? Se souvenir et ré-écouter leur plus grands classiques :

  • Prince (7 juin 1958 – 21 avril 2016), le “Kid de Minneapolis”, joueur de guitare virtuose, auteur surdoué et excentrique des légendaires Purple Rain et Kiss ;
  • Leonard Cohen (21 septembre 1934 – 7 novembre 2016), l’auteur, chanteur de folk music et poète visionnaire qui composa les immenses Hallelujah et So Long Marianne ;
  • Billy Paul (1er décembre 1934 – 24 avril 2016), le grand maître de la soul et chanteur charismatique du tube planétaire Me and Mrs Jones ;
  • Sharon Jones (4 mai 1956 – 18 novembre 2016), l’ancienne gardienne de prison devenue diva funk à quarante ans, incroyable interprète  des morceaux This Land Is Your Land et “100 Days, 100 Nights” ;
  • Maurice White (19 décembre 1941 – 4 février 2016), le fondateur du groupe Earth, Wind and Fire qui fit danser des générations entières avec leurs titres  September et Boogie Wonderland ;
  • Paul Kantner (17 mars 1941 – 28 janvier 2016), le cofondateur et guitariste du groupe de rock psychédélique Jefferson Aiplane qui fit danser et planer le monde avec les titres Somebody to Love et White Rabbit ; 
  • Glenn Frey (6 novembre 1948 – 18 janvier 2016), membre fondateur et guitariste du groupe de rock Eagles, il est aussi le co-auteur de l’intemporel Hotel California sorti en 1976.
  • George Michael (25 juin 1963 – 25 décembre 2016). Stupeur ce 25 décembre, l’ancien co-fondateur du mythique groupe Wham! à qui nous rendions hommage dans la citation du mag 79, est mort le jour de Noël.
  • Elle était actrice mais nous ne pouvions pas manquer de rendre un dernier hommage à Carrie Fisher. Celle qui incarna Princesse Leïa dans Star Wars a rendu les armes le 27 décembre 2016 à l’âge de 60 ans, laissant toute la pop culture dans un profond état de tristesse alors que le dernier numéro de la saga vient de sortir au cinéma. Adieu Princesse.
nicrobertson23 via Creapills

©nicrobertson23 via Creapills

ÇA POURRAIT VOUS PLAIRE

Infographie : les chiffres hallucinants du hits de Mariah Carey « All I want for Christmas is you »

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

La maison de Noel Amazing Grace est devenue une star de Youtube

Autour d'une image - 21 décembre 2016

Quand il s’agit de faire les choses ‘bigger than life’ (traduction : en mode XXL), les Américains sont champions. Et tout particulièrement en ce qui concerne les illuminations de Noël.

A ce jeu-là, Richard Holdman est un champion. Surnommée “Amazing Grace Christmas House”, sa maison située à Pleasant Grove dans l’Utah est devenue un véritable phénomène viral sur Internet grâce à son impressionnant light show et son remix dance du cantique mythique “Amazing Grace”. Accumulant les millions de vues, la vidéo de Richard Holdman prouve qu’en termes de lumières de Noël, il est tout à fait possible de conjuguer sans complexe tradition et modernité, quitte à tomber dans le kitch.

Mais évidemment, nombreux sont ceux qui souhaiteraient détrôner le spectacle de la Amazing Grace Christmas House, notamment à El Paso au Texas où le Great Christmas Light Fight fait déjà rage pour savoir qui sera le champion de la ville. Décidément, on ne plaisante pas avec les illuminations de Noël.

 

ORANGE POP VOUS RECOMMANDE

Autour d’une image : Les Noels à la Maison Blanche, ou la grand’ messe du kitsch à l’américaine

 

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Les Noels à la Maison Blanche, ou la grand’ messe du kitsch à l’américaine

Autour d'une image - 14 décembre 2016

Dans la liste des pays pouvant parfaitement incarner l’idée que l’on se fait du kitsch, les Etats-Unis figurent en très bonne position. Un lieu en particulier ? La Maison Blanche, véritable temple du kitsch à travers les époques. Entre la cérémonie de la dinde, la chorale, les marathons de photos et la décoration du sapin, les couples présidentiels ont toujours su se mettre en scène, pour le kitsch et le meilleur.

We promise yule love watching President Obama sing Jingle Bells. 🎄🎤

Une vidéo publiée par The White House (@whitehouse) le

Pour commencer, les Kennedy, qui pour leur seul Noël à la Maison Blanche ont joué la carte de la sobriété, un peu trop peut-être… Vient le tour des Reagan, sur le thème du couple complice et solide, partageant la même passion pour le brushing laqué. Dans les années 90, les Clinton prennent la relève et donne au kitsch ses lettres de noblesse, comme en attestent les cravates de Bill et les gilets d’Hillary. Enfin, les Obama, qui révèlent chaque année l’un des secrets de leur succès : un smile du tonnerre, un style d’enfer… et un sapin à la décoration très, très patriotique. US magazine a compilé les plus belles photos de leur dernier Noël présidentiel sous le thème « The Gift of the Holidays » (Le cadeau de Noël) dans un diaporama ici.

Quatre styles donc, quatre époques aussi, mais le kitsch, lui, est toujours intemporel !

noel-maison-blanche-kennedy-usa-kitsch

Les Kennedy, la classe et le kitsch façon sixties © Public Domain

 

reagan-noel-kitsch-maison-blanche-usa

Les Reagan, leur brushing parfait et leur sapin surchargé © Guetty Images

 

clinton-maison-blanche-noel

Les Clinton au sommet du monde et du kitsch © White House

 

obama-noel-maison-blanche-usa

Les Obama, sourire bright et déco patriote © White House / Chuck Kennedy

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer