Bonjour cher internaute,

Bienvenue en 2017 ! La version trop ancienne de votre navigateur ne permet pas un affichage correct et complet du site internet Orange Pop qui est optimisé pour les versions les plus récentes des navigateurs web (Firefox, Chrome, Safari et Internet Explorer à partir de la version 10). Nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur pour profiter de toutes les fonctionnalités du magazine et vivre avec nous une expérience hors du commun ;)

L'équipe Orange Pop

Hello cher visiteur !
Orange Pop vous donne désormais rendez-vous sur orange.com avec de nouvelles pastilles prêtes à snacker...
A tout de suite ;)

orange.com
fr en recherche Menu

Portraits

Stephen Phillips, l’inventeur de PopGun

L'inconnu de la semaine - 07 juin 2017

Stephen Phillips est loin d’être novice en matière d’invention. En effet, cet ingénieur américain a conçu il y a quelques années l’algorithme We Are Hunted, vendu à Twitter à 2013 et qui permettait de générer des “tops” et des listes de lecture dynamiques reflétant les nouveautés musicales à partir des messages, commentaires et “like” des utilisateurs de services comme Twitter, Youtube ou Facebook. De l’intelligence artificielle appliquée au web et à la musique en somme.

Ce géni de l’algorithme s’est depuis fixé un nouvel objectif avec sa start-up PopGun : créer une intelligence artificielle cette fois-ci capable d’identifier les chansons et styles musicaux qui deviendront populaires, d’alimenter son système neuronal avec des sons existants pour, à terme, composer ses propres tubes du futur.

Si les travaux et recherches de cet ingénieur-disrupteur aboutissent, cette nouvelle intelligence artificielle pourrait devenir un formidable outil pour les producteurs et compositeurs des musiques de demain. Mais PopGun pourrait aussi être à l’origine des premiers groupes de robots musiciens… Une affaire à suivre, pour le meilleur, ou pour le pire, mais toujours en musique !

popculture-startup-stephen-philipps-popgun-musique

Stephen Phillips, inventeur de PopGun, et peut-être des 1ers robots musiciens ! © Colin Kinner

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Jeff Glasbrenner a gravi l'Everest pour vous

L'inconnu de la semaine - 31 mai 2017

Jeff Glasbrenner n’a pas un destin comme les autres. Et surtout, il est terriblement têtu. Après avoir perdu une jambe dans un accident à l’âge de 8 ans, cet Américain s’est mis en tête de faire tout ce que son médecin lui déconseillait. A force de persévérance, il s’est donc mis au basket, au vélo et surtout à l’alpinisme, bien décidé à prouver qu’il pouvait lui aussi gravir des sommets.

Et il l’a fait ! Jeff Glasbrenner vient de monter tout en haut de l’Everest, lors d’une expédition qui a duré sept semaines. Et surtout, l’intégralité de ce voyage magnifique a été filmée en VR, pour le célèbre magazine Sports Illustrated. L’occasion pour nous de vivre cette expérience à couper le souffle, et d’atteindre le plus haut point jamais montré en réalité virtuelle.

jeff-glasbrenner-alpinisme-everest

Jeff Glasbrenner en pleine ascension © Sports Illustrated

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

William Moulton Marston, l’homme qui se cache derrière Wonder Woman

L'inconnu de la semaine - 24 mai 2017

Il existe des types comme ça, à la fois inventeur, psychologue, écrivain, scénariste de comics, féministe engagé, etc. Mais William Moulton Marston n’est pas n’importe quel inventeur. C’est lui qui développa un test de pression sanguine qui donna naissance en 1922 à l’ancêtre du détecteur de mensonge.

Renvoyé de plusieurs universités, notamment pour ses travaux et prises de positions pro-féministes (des expériences pour démontrer par exemple que les femmes sont plus honnêtes, plus fiables et meilleures travailleuses que les hommes), il est engagé à la fin des années 1930 comme conseiller éditorial par Max Gaines, considéré comme le créateur du comic book.

C’est en 1941 que Marston présente sa toute dernière invention à un éditeur de la All-American Publications, une super-héroïne qui serait une “alternative à toute la violence masculine” : Wonder Woman ! Initialement baptisée “Suprema the Wonder Woman”, Marston s’est inspiré des partisanes du mouvement féministe de l’époque, dont sa femme faisait également partie. Enfin, en guise de clin d’oeil à sa première invention, Marston dota Wonder Woman d’un lasso magique, obligeant ses ennemis ainsi attrapés à ne lui dire que la vérité !

wonderwomen-createur

Charles Moulton essayant de déceler les mensonges de sa secrétaire © Smithsonian Librairies

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Georges Huisman, le premier président du jury de Cannes

L'inconnu de la semaine - 17 mai 2017

C’est un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Beaucoup l’ont oublié mais à ses débuts, le festival de Cannes n’est pas présidé par des stars du grand écran. C’est en effet Georges Huisman, historien alors directeur des Beaux-Arts qui est nommé à la tête du Comité d’organisation du tout premier festival de Cannes, prévu au départ pour se tenir en 1939. La seconde guerre mondiale en décidera autrement et après avoir annulé sa première édition, c’est finalement en 1946 qu’a lieu véritablement le premier festival de Cannes, avec Georges Huisman comme président du jury. Il le restera les deux années suivantes et encore aujourd’hui, beaucoup sont ceux qui le considèrent comme l’un des principaux créateurs de cet événement où se pressent les plus grandes stars du monde. Merci Georges !

738_huisman

On était encore loin des photos de paparazzis © France Culture

ORANGE POP VOUS RECOMMANDE
Inconnus de la semaine : Les jurés cannois, ces as de la discrétion

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Philip Castle, le créateur de l’affiche de Orange Mécanique

L'inconnu de la semaine - 10 mai 2017

C’est l’une des affiches les plus célèbres de l’histoire du cinéma. Célèbre car le film est immense. Célèbre aussi car son réalisateur est Stanley Kubrick. Célèbre, enfin, car elle est le travail de l’artiste anglais Philip Castle. Sa technique de prédilection : l’aérographe, sorte de pistolet à peinture miniature.

À la fin des années 60, alors fraîchement diplômé du Royal College of Art, le jeune Philip dépose une annonce dans le quotidien londonien Evening Standard, afin de proposer ses services d’illustrateur. Le premier à le contacter ne fut autre que le responsable de la publicité de Stanley Kubrick, qui l’invitait dans la maison du célèbre réalisateur pour discuter de l’affiche de son prochain film, une adaptation cinématographique du roman d’Anthony Burgess, L’Orange mécanique, sorti en 1962.

Un sacré coup de chance, et un talent fou, qu’il a su faire fructifier au point de se voir confier, quelques années plus tard, l’affiche d’un autre film de Kubrick, Full Metal Jacket. Il réalisera ensuite les pochettes des albums Aladdin Sane de David Bowie (1973), His ‘N’ Hers de Pulp (1994), Night’s Out de Metronomy (2008), It’s only Rock ‘n’ Roll (But I Like It) des Rolling Stones (1974), etc. ou encore les affiches des films Mars Attacks de Tim Burton (1996), The Boyfriend de Ken Russell (1971) et Goin’ South de Jack Nicholson (1978).

Morale de l’histoire : mécanique ou non, le orange ouvre bien des portes !

stanley-kubrick-orange-cinema-affiche

“C’est très pointu”, dit ©P. Castle face, le regard attiré par l’extrémité de la lame de l’anti-héros

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Agustín Almodóvar, le frère producteur

L'inconnu de la semaine - 03 mai 2017

Si Pedro Almodóvar a pu bénéficier d’une vraie liberté artistique tout au long de sa carrière, c’est avant tout grâce à son petit frère : Agustín.

Dès 1986, ils fondent ensemble la société de production El Deseo, avec laquelle sont ensuite produits indépendamment tous les films de Pedro Almodóvar, plus quelques coproductions françaises. C’est aussi grâce à cette société créée avec son frère que le cinéaste a pu rester travailler en Espagne (plutôt que de s’exiler à Hollywood par exemple) et construire ainsi une filmographie aussi singulièrement espagnole, notamment dans ses choix esthétiques. Comme quoi, un petit frère, ça peut servir !

pedro-almodovar-frere-augustin-almodovar-producteur

Agustín, l’autre Almodóvar © Ruben Ortega

ÇA POURRAIT VOUS PLAIRE
Les inconnus de la semaine : Les jurés cannois, ces as de la discrétion

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Mundiya Kepanga, le chef papou qui pose avec Robert Redford

L'inconnu de la semaine - 26 avril 2017

La Papouasie-Nouvelle-Guinée abrite l’une des plus riches et anciennes forêts de la planète. Bien qu’elle couvre près de 70% de la surface du pays, abrite 20 000 espèces de plantes, 1 500 espèces d’arbres, 3 000 espèces d’insectes et plus de 750 espèces d’oiseaux, elle pourrait être réduite de moitié d’ici 2021. La raison : l’exploitation forestière effrénée des grands arbres par des entreprises étrangères.

Pour lutter contre la déforestation, le chef traditionnel Mundiya Kepanga a plus d’un tour sous son chapeau de plumes. Ami de longue date du documentariste Marc Dozier, il est le personnage central de l’un des épisodes de la série documentaire “Frères des arbres”, justement réalisée par le français.

Aussi, à l’occasion d’une tournée internationale pour alerter l’opinion sur la situation de sa forêt primaire de Papouasie-Nouvelle-Guinée, le chef papou a croisé la route de Robert Redford, star de cinéma mais aussi de l’écologie. Il a invité l’acteur à venir lui rendre visite dans son village. Une manière de placer l’urgence de la situation sous le feu des projecteurs. Et puis qui sait, Mundiya apprendra peut-être à Robert comment murmurer à l’oreille des arbres…

papouasie-mundiya-kepanga-robert-redfort-planete-ecologie

Robert Redford avec Mundiya Kepenga, chef traditionnel papou © UNESCO/F.Gentile

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Mark Schmidt créé les décors de vos jeux préférés grâce à l’IA

L'inconnu de la semaine - 19 avril 2017

Depuis quelques années, le monde des jeux vidéo n’a qu’un seul mot à la bouche : les mondes ouverts. De GTA à Fallout 4 en passant par le dernier Zelda, tout le monde veut désormais voir son personnage évoluer dans un décor aussi étendu que possible. Et pour ne pas passer leurs vies à dessiner des environnements 3D, des ingénieurs comme Mark Schmidt ont eu la bonne idée d’appeler à l’aide l’intelligence artificielle. Afin de créer à l’infini des décors hyper-réalistes, ce professeur américain à l’université de British Columbia a mis au point une technique permettant à l’IA de scanner un grand nombre de datas (photos, géolocalisations, etc…) avant de les réinterpréter graphiquement.

Remerciez donc Mark Schmidt et ses collègues, grâce à eux, vous pouvez aller et venir où bon vous semble dans vos jeux préférés.

mark-schmidt-jeux-video-décors-intelligence-artificielle

Comme dans Red Dead Redemption, les mondes sont maintenant immenses © Rockstar Games

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Samir Abdelkrim, l’entrepreneur franco-algérien qui voulait “Innover pour financer l’innovation” !

L'inconnu de la semaine - 12 avril 2017

Dans un futur proche, “pourquoi ne pas imaginer deux, trois ou même quatre Kickstarter africains qui permettraient de financer les innovations africaines ? C’est l’une des nombreuses idées et propositions de Samir Abdelkrim, entrepreneur et fondateur de StartupBRICS.com, le premier média francophone spécialiste de l’innovation dans les pays émergents.

En s’appuyant à la fois sur sa plateforme internet multi-facettes (conseil stratégique et accompagnement, mise en relation et sensibilisation, promotion et aide au financement) mais aussi sur ses talents de tech-reporter pour Le Monde et Les Échos, il entend montrer au reste du monde que l’Afrique et les pays émergents seront dans un avenir proche, les futurs champions de l’innovation.

8 mois par an, ce dénicheur de startups explore les écosystèmes entrepreneuriaux en Afrique, mais aussi en Inde plus récemment. De la Mauritanie au Kenya en passant par le Gabon et le Botswana, il a déjà parcouru 21 pays africains afin d’y rencontrer les meilleurs talents de demain. Une aventure, des rencontres, des connaissances et une expérience qu’il partage dans son livre Startup Lions, le guide indispensable pour connaître les écosystèmes startups en Afrique (et un concentré d’excellentes citations !).

samir-abdelkrim-entrepreneur-innovation-afrique-citation

Samir Abdelkrim (au centre) et quelques jeunes startupeurs africains surmotivés © Startup Lions

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Le spectateur à la question complétement WTF

L'inconnu de la semaine - 05 avril 2017

Les conférenciers le savent bien : la classique séance de questions/réponses qui suit leurs interventions est souvent perturbée par une question absurde posée par un spectateur qui n’a pas forcément tout bien saisi ou qui veut se faire remarquer. Et à ce jeu là, les scientifiques et chercheurs de l’Espace des Sciences de Rennes ont été un peu pris de court lorsqu’ils ont dû répondre à la question suivante : “J’aurais voulu savoir s’il a été mis au point un robot qui détecte si une mouche a été sur un cadavre en campagne, et qui rentre dans les maisons, et qui va sur du pain ou du beurre, et les vers de terre, avant que les gens le mange…. Qu’il soit détecté le ver, qu’il soit pas contaminé… On n’entend plus parler que les gens peuvent se nourrir avec des vers de terre. Parce qu’il y a eu un problème ?”

Inutile de dire que les conférenciers n’avaient pas vraiment de réponse précise…

Rendez-vous à 1:27:24

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer