Bonjour cher internaute,

Bienvenue en 2017 ! La version trop ancienne de votre navigateur ne permet pas un affichage correct et complet du site internet Orange Pop qui est optimisé pour les versions les plus récentes des navigateurs web (Firefox, Chrome, Safari et Internet Explorer à partir de la version 10). Nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur pour profiter de toutes les fonctionnalités du magazine et vivre avec nous une expérience hors du commun ;)

L'équipe Orange Pop

Hello cher visiteur !
Orange Pop vous donne désormais rendez-vous sur orange.com avec de nouvelles pastilles prêtes à snacker...
A tout de suite ;)

orange.com
fr en recherche Menu

Top 5

Des start-ups au service de la pop-culture, soutenues par Orange

Top 5 - 07 juin 2017

Orange soutient l’innovation et les start-up qui entendent faire la différence avec de nouveaux concepts et produits toujours plus originaux : Orange fab, La Ruche. Certaines d’entre elles ont un maître mot : pop-culture !

1. Advir.co,la publicité immersive :

Cette start-up a choisi la réalité virtuelle pour attirer ses clients, les annonceurs publicitaires en l’occurrence. L’idée est simple et pourtant tout à fait innovante : insérer des publicités dans des programmes et vidéos de réalité virtuelle ou augmentée. Les possibilités sont immenses, des vidéos promotionnelles aux jeux vidéos, retransmissions sportives ou les mêmes films qui sortiront bientôt dans ce format révolutionnaire.

2. Zaptogether, le maître du flux vidéo c’est vous :

Les créateurs de cette plateforme ont misé sur la collaboration, les goûts, la perspicacité et l’influence des internautes pour concevoir un formidable outil de partage et dénicher les meilleures vidéos du web. Vous aimez une vidéo ? Gardez la. Le reste ? Zappez le ! Via un système de vote en temps réel, vous pouvez créer votre propre flux de vidéos et influer sur le classement général de cette web TV. Leur promesse : “Devenez le programmateur en temps réel d’un flux collectif, participatif et innovant”.

3. Shadow, le PC gaming du futur :

L’avenir du gaming PC serait-il dans le cloud ? C’est en tout cas ce que pense Blade, la jeune start-up parisienne derrière le Shadow, un boîtier miniature connecté à un ordinateur surpuissant… mais installé loin de chez vous et disponible grâce à un abonnement mensuel. Capable des mêmes performances qu’un ordinateur de jeu “traditionnel”, le Shadow permet de jouer à n’importe quel jeu vidéo et de bénéficier de la meilleure qualité d’image comme de fluidité. De jeuxvidéo.com à journaldugeek.com ou 01net.com, les critiques sont unanimes, le Shadow va cartonner !

4. OmniLive,  la vidéo nouvelle génération :

Assister aux cours magistraux des meilleures universités, à des concerts, conférences et évènements en tout genre partout dans le monde depuis chez vous. C’est ce que permet OmniLive, un système de captation en direct permettant de prendre la place du réalisateur et de choisir son point de vue d’un simple clic. Déjà disponible pour la Sorbonne, le MIT (Massachusetts Institute of Technology), mais aussi Taratata et comme l’espère Cyril Zajac, son concepteur, bientôt pour des matchs, des parties de jeux vidéos ou des concerts, OmniLive est clairement une nouvelle façon de voir la vidéo.

5. FabLabchannel – Les Haut-parleurs, la chaîne vidéo pour et par les Millennials :

Incontestablement, la jeunesse est pleine de ressource ! La preuve avec Les Haut-Parleurs, des jeunes reporters francophones réunis par la plateforme FabLabChannel autour d’un projet commun, (soutenu par TV5Monde, Audiens, La Netscouade, Orange, l’Institut Français et l’Organisation Internationale de la Francophonie) : s’exprimer librement, chaque trimestre et dans de courtes vidéos diffusées sur leur chaîne Youtube, sur des enjeux de société du monde entier. Leur force : être issu du réseau et des programmes Erasmus et donc pouvoir traiter une multitude de thèmes dans une multitude de pays. Environnement, changement climatique, emploi, représentation de la femme… tout y passe !

Bonus : Keakr, l’appli qui veut faire rapper le monde :

Un studio d’enregistrement dans son téléphone. C’est l’idée de Keakr, l’application mobile lancée par le rappeur et entrepreneur lillois Axiom, et accélérée par OrangeFab en saison 2 et 3. Rapper partout, tout le temps et sur n’importe quelle instrumentation de hip-hop puis, surtout, partager sa performance et ainsi créer du lien entre des communautés qu’une même passion rassemble. À la fois appli d’enregistrement, de diffusion et de compétition entre artistes et avant tout dédiée aux musiques urbaines, à peine lancée Keakr fait déjà beaucoup de bruit dans le rap game français. Pour l’occasion, Axiom répond à nos 3 Questions.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Top 5 des endroits les plus incroyables du sport en VR

Top 5 - 31 mai 2017

Ce qu’il y a de génial avec la VR aujourd’hui, c’est qu’elle nous permet d’aller là où nous n’aurions jamais pu aller en temps normal. Petite sélection de ces meilleurs endroits dans le monde du sport.

1. Dans les canyons en VTT : La vidéo est pour le moins impressionnante. On y voit une descente en VTT, à toute vitesse et à flanc de canyons. De quoi avoir quelques frissons dans le dos, notamment lorsque le vélo décolle de trois mètres au-dessus du sol en plein milieu du trajet.

2. Au volant d’une F1 : Beaucoup en ont rêvé quand ils étaient jeunes. Grâce à la réalité virtuelle, vous pouvez maintenant vous retrouvez embarqué à bord d’une Formule 1, lâchée à toute vitesse sur le circuit du Grand Prix de Monaco, réputé comme l’un des plus difficiles au monde. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’expérience est ébouriffante.

3. En équilibre sur une corde au dessus du vide : Pour tout ceux qui se sont toujours demandé la sensation que pouvait provoquer le fait d’être suspendu sur une corde au dessus du vide, cette vidéo est sans doute la meilleure des réponses. Ou le meilleur moyen de se sentir comme Spider-Man entre deux buildings de New York.

4. Devant le sprint final du Tour de France : Pour tous les fans de cyclisme, assister au sprint final du Tour de France sur les Champs-Elysées de Paris est une expérience qui n’a pas de prix. Mais comme les billets d’avion jusqu’à Paris, eux, ont un prix, le Tour de France a mis en place un système permettant de vivre ce moment ultime en VR. Pour le plus grand bonheur des fans.


5. Dans les vestiaires du stade Wembley : Vivre les coulisses d’un match de foot est désormais envisageable grâce à la VR. Et tant qu’à faire, autant faire le truc à fond ! Il est donc maintenant possible de commencer le match dans les vestiaires, de faire l’entrée sur le terrain, puis de se balader dans tous les endroits habituellement inaccessibles au public. Prochaine étape, le match vu depuis le point de vue d’un ballon 🙂

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Des wonder women badass (et cultes) au cinéma

Top 5 - 24 mai 2017

Bien moins nombreuses que leurs homologues masculins, les personnages de femmes au cinéma n’en sont pas moins emblématiques, et parfois bien plus iconiques. Surtout quand il s’agit d’une héroïne qui fait du grabuge partout où elle passe !

1. Ellen Ripley, interprétée par Sigourney Weaver, dans Alien (1986) : Plus badass qu’Ellen Ripley, tu meurs ! Certains on essayé, comme l’Alien lui-même, mais ils ont finalement eu de gros problèmes. Guerrière solitaire, toujours rattrapée par les créatures monstrueuses qu’elle combat, elle fait partie du Panthéon des héros du cinéma américain, tous genres confondus.

nikita-sigourney-weaver-wonderwomen-badass-femme

Ellen Ripley © Twentieth Century Fox

 

2. Nikita,  interprétée par Anne Parillaud, dans Nikita (1986) : Dans le film de Luc Besson, Nikita devient Joséphine une fois recrutée par les services secrets français qui lui “offrent” une seconde vie après sa condamnation à perpétuité pour meurtre. Redoutable tueuse à gage, elle découvre aussi l’amour et devient un personnage double, tiraillé entre deux mondes, sensible et vénéneuse. Inoubliable.

3. Shu Lien,  jouée par Michelle Yeoh, dans Tigres & Dragons (2000) : Gardienne de “Destinée”, l’épée légendaire de son ami et virtuose des arts martiaux Li Mu Bai, cette combattante n’a que peu d’adversaires à sa taille. Maîtrisant toutes les armes et d’une grâce incomparable, Shu Lien est l’emblème de la wonder-woman badass du cinéma asiatique.

4. Black Mamba, interprétée par Uma Turman, dans Kill Bill (2003) : On ne présente même plus l’un des personnages les plus éblouissants de Quentin Tarantino, la “Mariée” ou Black Mamba. Dans les deux volets de Kill Bill, maniant le sabre à la perfection dans son survêtement légendaire, cette dernière n’est animée que par un seul objectif : la vengeance à tout prix.

black-mamba-uma-thurman-kill-bill-wonderwomen

Black Mamba © Photo by Andrew Cooper

5. Margaret Fitzgerald, jouée par Hilary Swank, dans Million Dollar Baby (2004) : La vie de la wonder woman badass n’est jamais de tout repos et sa destinée bien souvent tragique. “Maggie” est justement de celle-là. Boxeuse brillante au crochet foudroyant, elle incarne la rage de vaincre ultime. Une véritable chevalière aux poings d’argent !

clint-eastwood-wonderwomen

Margaret Fitzgerald © Warner Bros. Entertainment Inc.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Top 5 des présidents du jury qui nous ont surpris

Top 5 - 17 mai 2017

1. Tim Burton en 2010 : Si le réalisateur américain s’est fait connaître par des films grand public et souvent très populaires, cela ne l’a pas empêché de récompenser de la Palme d’or en 2010 un film thaïlandais confidentiel et terriblement contemplatif : Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures d’Apichatpong Weerasethakul. Une beau pied de nez.

2. David Cronenberg en 1999 : Alors que tout le monde voyait déjà David Cronenberg décerner la Palme d’or à Tout sur ma mère de Pedro Almodóvar, beaucoup sont tombés de leur siège en voyant le célèbre réalisateur américain récompenser Rosetta, le film des frères Dardenne encore inconnus. Pour faire taire les critiques, Cronenberg s’expliquera dans Vulture : “Le vote pour Rosetta a été le plus rapide de l’histoire de la Palme car tout le monde a dit : “Oui, c’est Rosetta qui doit gagner”.

3. Quentin Tarantino en 2004 : On aurait pu attendre du réalisateur de Pulp Fiction qu’il récompense un film aussi excentrique et violent que Old Boy du sud coréen Park Chan-Wook. Il n’en sera pourtant rien puisque c’est au brûlot politique Farhenheit 9/11 de Michael Moore que Quentin Tarantino et ses jurés ont finalement décerné la Palme d’or. Surprenant.

4. Roberto Rossellini en 1977 : Tout le monde voyait déjà l’immense cinéaste du néoréalisme italien récompenser Une Journée particulière d’Ettore Scola, il n’en sera pourtant rien. A la surprise générale, Rossellini décide cette année d’offrir la Palme d’or à Padre Padrone des frères Taviani, un film tourné en 16 mm pour la télévision. Le cinéaste romain expliquera ce choix surprenant pendant la cérémonie de clôture : “Sans la télévision, le cinéma va mourir.”

5. Isabelle Huppert en 2009 : Cette année-là, la Palme d’or revient à Michael Haneke et son film Le Ruban Blanc. Un choix qui paraît alors logique puisque la présidente du jury est Isabelle Huppert, qui doit au cinéaste un prix d’interprétation en 2001 pour La Pianiste. Pourtant on apprendra plus tard que l’actrice s’est battu bec et ongles pour deux films que l’on ne l’imaginerait pas défendre : l’ultra violent Kinatay de Brillante Mendoza et le sulfureux Antichrist de Lars von Trier. Isabelle Huppert n’est pas là pour rigoler.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Les tenues oranges emblématiques du cinéma

Top 5 - 10 mai 2017

Couleur puissante, distinctive et surtout jamais démodée, le orange a laissé sa trace dans l’histoire du cinéma. Elle a ainsi contribué à rendre légendaires certains personnages de fiction et leurs tenues vestimentaires.

1. Le costume de Lloyd Christmas, dans Dumb and Dumber (1994)

22 ans après sa sortie, la comédie humoristique culte réalisée par les incontournables frères Farrelly, continue encore de provoquer fous rires et crampes abdominales. C’est en partie la faute de Lloyd (Jim Carrey) et de son plus beau costard, d’un orange vif, très, très vif !

2. Le bikini de Halle Berry, dans Meurs un autre jour (2002)

C’est sans doute à l’une des « James Bond Girl » les plus charismatiques que le orange sied le mieux : l’hypnotisante Halle Berry. Pour l’anecdote, le bikini qu’elle porte ici est une réédition colorée de celui que Ursula Andress arborait déjà en 1962, dans James Bond contre Dr. No.

3. La combinaison des pilotes de X-Wing, dans Star Wars VI – Le Retour du Jedi (1983)

C’est l’un des déguisements les plus prisés lors des soirées costumées. C’est aussi l’une des tenues les plus improbables pour un pilote galactique. Enfin, elle est indissociable de celui qui la porte et qui l’a rendu si célèbre : Luke Skywalker. La raison ? Elle est orange pardi !

4. La tenue de prisonnier de Hannibal Lecter, dans Le Silence des Agneaux (1991)

Certains disent que le orange est synonyme de convivialité. Et une soirée en tête à tête avec Hannibal Lecter en tenue des grands jours, vous trouvez ça convivial ? C’est cette même tenue, d’un orange qui ne trompe pas, complétée par une muselière de premier choix, que le célèbre psychiatre-psychopathe arbore lorsqu’on le sort de sa cellule haute sécurité.

5. Les bretelles de Leeloo, dans Le Cinquième Élément (1997)

Qui aurait cru qu’un simple morceau de caoutchouc aurait pu devenir à ce point iconique ? C’était sans compter sur le talent de Jean-Paul Gaultier (chef costumier du film), son goût pour le minimalisme et son choix judicieux de la couleur orange. Résultat, une paire de bretelles sans équivalent ! Pour les vrais fans, pas d’inquiétude, il y a encore du stock.

ÇA POURRAIT VOUS PLAIRE
TOP 5 des packagings qui rendent hommage à la pop culture

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Top 5 des films qui ont inspiré Almodovar

Top 5 - 03 mai 2017

Bien qu’ils inspirent le monde grâce à leur talent, nos réalisateurs préférés ont eux aussi leurs réalisateurs préférés. Pedro Almodóvar ne déroge pas à la règle et son univers cinématographique se compose de multiples références à ses prédécesseurs.
Voici 5 oeuvres sans lesquels le cinéma de Pedro ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

1. Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy : On retrouve beaucoup du chef d’oeuvre de Jacques Demy dans l’utilisation des couleurs chez Almodóvar. Une influence essentielle que le réalisateur espagnol souligne d’ailleurs dans le magazine Sofilm : S’il y a un film que j’aurais aimé faire, c’est Les Demoiselles de Rochefort.

2. Sueurs Froides d’Alfred Hitchcock : Pedro Almodóvar n’a jamais caché son admiration absolue pour le cinéma d’Alfred Hitchcock, qu’il décrit comme l’un des plus riches au monde et dans lequel il n’a cessé de puiser au fil de sa filmographie personnelle.

3. La Peau Douce de François Truffaut :  L’un des films les moins connus du leader de la Nouvelle Vague est aujourd’hui le film de chevet de Pedro Almodóvar. La preuve d’une vraie fascination du cinéaste espagnol pour l’actrice Françoise Dorléac (qui joue aussi dans Les Demoiselles de Rochefort).

4. La Vie criminelle d’Archibald de la Cruz de Luis Buñuel : Si l’Espagne n’est pas forcément un grand pays de cinéma, il n’empêche qu’il a tout de même donné naissance à l’un des plus grands réalisateurs de son temps : Luis Buñuel. Rien de surprenant donc à ce qu’Almodóvar se soit beaucoup inspiré de La Vie criminelle d’Archibald de la Cruz.

5. Reservoir Dogs de Quentin Tarantino : Pedro Almodóvar s’est toujours revendiqué comme un grand fan des premiers films de Quentin Tarantino. Une influence que l’on peut notamment ressentir dans son utilisation de la musique, qui rythme toujours ses films par quelques morceaux pop mémorables.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Des stars de cinéma écolos (juste après Leonardo DiCaprio)

Top 5 - 26 avril 2017

Engagement volontaire ou tendance écolo ? C’est souvent la question qui revient face aux déclarations et aux postures des stars en faveur de la planète. Souvent l’une, peut-être l’autre. Finalement qu’importe, tant l’urgence et les enjeux sont grands. Voici notre palmarès de 5 stars que l’on aime croire sur parole !

1. Marion Cotillard : Militante depuis 2001 auprès de Greenpeace, elle s’est de nombreuses fois illustrée comme une écologiste confirmée. Au Congo, en 2010, pour alerter sur la déforestation, dans une cage en 2013 pour demander la libération de 30 militants environnementaux détenus en Russie, à Manille en 2015 aux côtés de François Hollande pour un déplacement sur le thème de la lutte contre le réchauffement climatique, la “Môme” est de tous les combats pour la planète.

2. Mark Ruffalo : Lorsqu’il n’utilise pas sa force pour combattre les envahisseurs venus détruire la Terre, Mark Ruffalo (célèbre pour son rôle de Hulk) soutient le développement des énergies propres avec The Solutions Project, lutte contre les méthodes d’extraction polluantes avec le collectif Artists Against Fracking, et gère l’organisation Water Defense qui vise à utiliser la technologie et l’engagement du public pour garder propre la ressource en eau.

3. Matt Damon : Avec Promised Land (2013), Matt Damon et le réalisateur Gus Van Sant prêchaient pour l’écologie et l’abandon des méthodes brutales et polluantes d’extraction des hydrocarbures. Aujourd’hui, l’acteur s’engage auprès de l’organisation Water.org et milite pour la protection des ressources en eau autant que pour son accès universel, avec détermination, et humour quand il le faut.

4. Arnold Schwarzenegger : Depuis qu’il a converti l’un de ses Hummers pour qu’il fonctionne à l’hydrogène, “Arnie” n’a de cesse de s’engager pour la planète. Fondateur de l’organisation R20, qui regroupe gouvernements sub-nationaux, villes et régions pour lutter contre le changement climatique, il s’est rendu plusieurs fois à Paris, en octobre 2014, lors du Conseil économique, social et environnemental, puis en décembre 2015 pour la COP21. Il soutient même Anne Hidalgo pour sa politique environnementale !

5. Shailene Woodley : D’abord connue pour ses rôles récurrents dans les séries The Fault In Our Stars et Divergent, la jeune actrice américaine s’est illustrée en octobre 2016 lors du rassemblement de 90 tribus indiennes s’opposant au projet de pipeline à travers la réserve de Standing Rock. Son arrestation filmée, si elle n’a pas été décisive, a toutefois permis de tourner un peu plus les caméras vers cette réserve indienne et naturelle du Dakota du Sud menacée (à nouveau) par l’exploitation pétrolière.

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Top 5 des scénarios de films coécrits par une IA

Top 5 - 19 avril 2017

1. Impossible Things : Coécrit avec une intelligence artificielle, ce film d’horreur prouve qu’une machine est aujourd’hui capable d’imaginer des histoires suffisamment terrifiantes pour faire frémir les délicats êtres humains que nous sommes. Attention, il y a une intelligence artificielle cachée sous votre lit.

2. Sunspring : Après avoir fait mémoriser bon nombre de scénarios de films de science-fiction à une intelligence artificielle, le réalisateur Oscar Sharp et le chercheur en IA Ross Goodwin lui ont demandé de rédiger un scénario qu’ils ont porté à l’écran. Et le résultat est absolument hilarant.

3. Eclipse : Entièrement écrit, monté et réalisé par une intelligence artificielle, ce court-métrage présenté au dernier festival publicitaire des Lions de Cannes a fait sensation auprès du public. Et si les IA devenaient les publicitaires de demain ?

4. Le trailer de Morgan : Pour écrire le trailer de Morgan, un film dans lequel une IA développe des super-pouvoirs, les membres de la 20th Century Fox ont eu la bonne idée de faire appel… à une IA ! Et le résultat est franchement réussi !

5. Do You Love Me : Parmi les pionniers dans le domaine, le réalisateur Chris R. Wilson a choisi en 2013 de faire appel à Cleverbot – l’une des IA de conversation les plus avancées au monde – afin d’écrire avec elle le scénario d’un film. Mais pas sûr que Do You Love Me finisse aux oscars…

 

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Top 5 des répliques de BIOPICS sur le monde de l’entreprise

Top 5 - 12 avril 2017

L’entrepreneuriat, les affaires, l’argent ou l’innovation ont toujours fasciné les cinéastes. Ainsi, nombre d’entre eux ont choisi de raconter l’histoire d’entrepreneurs et de businessmen aussi fantasques que fascinants, inspirés et inspirants. Voici le Top 5 de leurs meilleures répliques !

1. “Enlève le “The”, mets juste ‘Facebook’!” – Sean Parker : Dans The Social Network, c’est le conseil le plus fameux que Sean Parker, alors jeune patron de l’ancien site de partage de musique en ligne Napster, donne à Mark Zuckerberg, juste avant la création définitive de la plateforme Facebook. Un conseil que le second s’empressera de suivre. Aujourd’hui, il est clair que Parker ne s’était pas trompé : vous vous imaginez dire “Je vais sur The Facebook” ?!

2. “McDonald’s peut devenir la nouvelle église américaine. Mais pour cela il faut qu’on ouvre les Dimanches, les gars” – Ray Kroc : Dans The Founder, le redoutable Ray Kroc, interprété par Michael Keaton, n’a qu’un mot à la bouche, “persévérance”. C’est grâce à elle, et des techniques commerciales très astucieuses que le redoutable entrepreneur a pris le contrôle du restaurant fondé par les frères McDonald au début des années 60, ayant rapidement compris que la petite “chapelle” de bord de route avait tout pour devenir le temple du fast-food.

3. “Il n’y a aucune noblesse à être pauvre” – Jordan Belfort : Dans Le loup de Wall Street, Leonardo DiCaprio interprète le vénal et célèbre Jordan Belfort. Dans ce film basé sur le véritable parcours du trader-entrepreneur, il entame son plus fameux discours par cette phrase sentencieuse, aussi juste que méprisante, avant de déchaîner devant lui le parterre de ses salariés aux dents longues.

4. “Ne parle plus jamais, en mon nom, de mon entreprise” – Joy Mangano : Dans Joy, Jennifer Lawrence incarne Joy Mangano, une mère célibataire de deux enfants qui invente dans les années 90 le balai-serpillère auto-essorant “Miracle Mop”. Rare femme dans des milieux peuplés d’hommes sans scrupules, chez les pontes du téléachat comme chez ses fabricants, la créative Joy entend bien ne laisser personne parler en son nom ou celui de son entreprise.

5. “Je ne crois pas qu’un seul mot puisse décrire la vie d’un homme” – Charles Foster Kane : Pour son personnage de Charles Foster Kane, grand magnat de la presse au destin tragique et solitaire, Orson Welles s’est inspiré de William Randolph Hearst (1863-1951), dont le parcours et la fin de vie ressemblent énormément à celle de son alter-ego au cinéma. Dans ce film tourné comme une plongée dans les souvenirs de ceux qui ont côtoyé l’homme de presse, chaque personnage en dresse un portrait bien particulier, souvent très différent les uns des autres…

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer

Top 5 des meilleures conférences de SXSW de cette année

Top 5 - 05 avril 2017

Aussi appelé South By Southwest, le festival qui se tient chaque année à Austin au Texas est de loin l’un des événements culturels les plus importants des Etats-Unis. Et parmi les centaines de concerts, de projections de films et d’événements multimédias qui y sont organisés, on trouve aussi toute une série de conférences toujours passionnantes.

1. David Benioff et D.B. Weiss : Les deux créateurs de Game of Thrones ont décidé de passer derrière le micro lors du festival pour parler de leur série géniale dont la nouvelle saison sortira en juillet prochain. Et pour l’occasion, les actrices Maisie Williams et Sophie Turner se sont même jointes à l’événement.

game-of-thrones-citation-createurs-series

David Benioff et D.B. Weiss © SXSW

2. Nile Rodgers : Quand on a remporté trois Grammy Awards et contribué à des hits mondiaux comme “Like A Virgin” (Madonna), “Get Lucky” (Daft Punk), “Let’s Dance” (David Bowie) ou “Good Time” (avec son groupe Chic), on a forcément des choses passionnantes à raconter.

3. Lee Daniels : Le créateur de la série Empire Lee Daniels a lui aussi profité du festival pour revenir sur son parcours, de sa jeunesse dans les quartiers pauvres jusqu’à son arrivée à Hollywood et ses nominations aux Golden Globes. Un conférence émouvante qui a marqué le public du festival.

4. Bob Odenkirk : L’acteur déjà culte de Better Call Saul et de Breaking Bad a lui aussi donné une conférence dans laquelle il est revenu sur sa carrière prolifique au cinéma, mais aussi en tant qu’auteur et producteur. L’occasion de découvrir l’homme derrière le personnage, avant la saison 3 de Better Call Saul.

5. John Cena : Cette année, c’est une véritable légende du catch qui est passée au festival ! Avec ses 16 titres de champion, John Cena est plus habitué aux rings qu’aux conférences. Pourtant, il a tenu un discours passionnant, revenant pour l’occasion sur le travail de son association caritative.

ORANGE POP VOUS RECOMMANDE

TOP 5 des appli pour améliorer sa productivité

Partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn
  • Stumble
  • Mail
  • Fermer